lundi 6 juillet 2015

Information : Ambitions réduites sur le "mille-feuille" administratif

Source : Reuters  

Les députés français ont adopté vendredi en deuxième lecture le projet de loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République (dite "loi NOTRe") qui redéfinit les compétences des nouvelles régions, des départements et des communes.

Ce texte, qui complète la loi ramenant de 22 à 13 le nombre des régions métropolitaines, limite les transferts de compétences des départements aux régions et aux intercommunalités, contrairement aux ambitions initiales du projet du gouvernement qui souhaitait réduire fortement le coûteux "mille-feuille" administratif français.

Le texte initial proposait de transférer le maximum de compétences des départements aux régions et aux intercommunalités en vue de la suppression des conseils départementaux en 2020.
Mais de nombreux élus, notamment les radicaux de gauche qui appartiennent à la majorité présidentielle, ont obtenu du Premier ministre Manuel Valls qu'il se prononce en faveur du maintien des départements, notamment en zone rurale.

Les députés ont également réduit les pouvoirs et moyens de la future métropole du Grand Paris (MGP). Un amendement du gouvernement a été voté qui fixe au début de 2017 le transfert à celle-ci de ses principales compétences.

Les groupes PS, écologiste et radicaux de gauche ont voté ce texte dans la nuit de jeudi à vendredi après avoir supprimé de nombreuses dispositions ajoutées par le Sénat, où la droite est majoritaire. Les groupes Les Républicains, UDI (centriste) et Front de gauche ont voté contre.
A la demande du gouvernement, les députés ont décidé de transférer aux régions la gestion des transports scolaires alors que le Sénat proposait de les laisser aux départements.

L'Assemblée a également rétabli à 20.000 habitants- le Sénat l'avait fixé à 5.000- le seuil minimal d'une intercommunalité et a décidé que les conseillers intercommunaux seraient élus au suffrage universel direct.

Une commission mixte paritaire (CMP) Assemblée-Sénat devrait se réunir prochainement afin de tenter de mettre au point un texte commun aux deux assemblées.

Mais elle a peu de chance de réussir et les députés devront procéder le 16 juillet à une nouvelle lecture du projet de loi et les sénateurs le 22. L'Assemblée, qui a constitutionnellement le dernier mot, devrait procéder le 23 ou le 24 juillet à la lecture définitive de ce projet de loi.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

1 commentaire:

Anonyme a dit…

De plus,on vient d'inventer une fonction supplémentaire entre le président de région et ses vice présidents,celle de président délégué.Ce préciput sera accordé à Monsieur Damien Alary qui n'entendait ne perdre aucune miette de ses prébendes lors de la fusion LR avec MP.Cet exemple venu d' en haut ne pourra que se multiplier pour d'autres postes faisant doublon et alourdir encore la facture à régler par les contribuables.Décidément en France on ne conçoit les réformes que plus couteuses que ce qui préexistait.