samedi 28 février 2015

Un conseil PLUs qu'animé par Rolland Robert

Vous trouverez ci-dessous le compte rendu




du conseil municipal du 26 février 2015


Après que le Maire eut décidé de ne pas participer à cette délibération pour éviter a-t-il dit d’être juge et partie et se fut retiré de la salle, c’est Monsieur Mouchetant qui préside le débat. Il donne la parole à Monsieur Lamarre qui fait la synthèse du rapport d’élaboration du PLU et des conclusions du commissaire enquêteur.

La parole est ensuite donnée à Monsieur Baumet très remonté, inspiré sans doute par une présence exceptionnelle de ses colistiers, qui qualifie ce PLU de « Plan local des usuriers » favorisant, selon lui, des élus par des OAP de complaisance et qui transforme des parcelles de terrains constructibles en zones naturelles inconstructibles, spoliant par la même leurs propriétaires notamment dans les quartiers Saint Pancrace et de la Mirandole.
 
Il revient sur les temps qui ont mis un terme à son mandat de Maire incriminant « la duplicité d’un ex-Préfet « coquin » et d’un Juge de la CRC qui a été muté depuis ».
 
En appelant au personnage fétiche de Jules Renard, plutôt qu’à celui de Collodi, Il trouve ridicule le projet élaboré par la Municipalité qui veut vendre l’actuelle Mairie pour la bâtir sur l’emplacement de l’hôtel-Dieu où elle n’obtiendra selon lui pas de permis de construire, ( Ndlr : ce permis lui ayant été refusé dans le cadre de la loi Malraux  pour le nouvel hôpital en raison du classement aux monuments historiques de la Chapelle du dit Hôtel-Dieu ). 
Il se gausse du lieu choisit pour un nouveau collège au chemin de la chance, « voie trop étroite et inextensible  pour y accéder en sécurité ».

Il fustige le classement en zone naturelle du Champ de Mars où devait s’élever un «  énorme magasin Casino ultra moderne «   et une maison médicale. 

Il dénonce l’acharnement que met, selon lui, la municipalité aux affaires à détruire tout ce qui existait sous ses précédents mandats ne laissant subsister que… le Vieux Pont ! 

Il revient à nouveau sur une action imminente et de grande ampleur devant le Procureur de la République.
Il demande à Monsieur Daver, de l’écouter en s’étonnant qu’il ait pu «  comprendre quelque chose au PLU ».

C’est sous les applaudissements et les commentaires de ses partisans qu’il termine son intervention quelque peu théâtrale. ( Ndlr : Se tournant vers le premier Rang, pendant ce Temps, son colistier de premier Plan  tout en usant d’un tutoiement fort élégant adresse à l’attention de notre trésorière un  «  fermes là «  peu amical. Lui reprochant, c’est là le plus amusant l’envoi de lettres anonymes imaginaires… )

     Monsieur Daver signale que le PLU  doit être adopté avant la date butoir du 1-1-2016  faute de quoi le Préfet imposera celui de son choix. Il déclare que ses facultés intellectuelles ont été mises en doute mais que la notion d’intelligence étant relative, il relativise celle de Monsieur Baumet.

     Madame Gondard  déclare qu’elle ne reviendra pas trente ans en arrière ni ne se projettera pas trente ans dans l’avenir, car elle estime que c’est en ce moment que les spiripontains sont dans la souffrance. Elle dit être intervenue auprès du Maire pour que des parcelles déjà urbanisées ne soient pas classées en zones naturelles inconstructibles soulevant des préjudices financiers et humains, indiquant que pour cette raison son groupe votera contre cette délibération.

Monsieur Segal  estime que l’essentiel est dit et se demande si l’absence de Monsieur Castillon  lors de ce débat n’est pas du à la crainte d’un conflit d’intérêt.

       Toute l’opposition vote contre cette délibération sous les applaudissements d’une partie du public venu nombreux assister à ce Conseil municipal, elle est finalement adoptée les conseillers de la majorité votant pour.

         Les autres points à l’ordre du jour, approbation des zonages d’assainissement et d’eau potable, adhésion de la collectivité à différents syndicats mixtes intercommunaux, convention avec Gaz de France pour l’installation de télé relève de consommation en hauteur, sont rapidement abordés et votés dans une quasi indifférence.
        
         Le RCS s’étonne d’avoir injustement été pris à partie suite à l’irritabilité non maitrisée d’un conseiller municipal pataugeant dans le déni.
Il ne prend lui que le parti des contribuables et regrette le climat délétère qui s’est instauré, nuisible  aux intérêts des spiripontains, par exemple en se félicitant dans la majorité d’avoir acheté l’hôtel Dieu et d’espérer dans l’opposition qu’il ne soit pas constructible.

RCS comprend le désarroi des propriétaires des parcelles devenues inconstructibles et en appelle aux parlementaires Gardois pour que le législateur décide d’assouplir une loi devenue par trop contraignante ou y apporte une possibilité d’exception..



11 commentaires:

Galinette a dit…

Les PLU sont trop contraignants, on oublie que l'on ne devient pas propriétaire par hasard mais le plus souvent après de longues années de privations pour rembourser les emprunts.
Il y a derrière ce PLU de véritables drames humains.
Merci à RCS de proposer une solution pour ne pas spolier les propriétaires concernés.

Anonyme a dit…

Les PLU sont certes contraignants, mais il ne faut pas oublier que les choix émanent de la majorité. Et gageons que si Monsieur Castillon avait eu 5 000 m2 à la Mirandole et pas à Parrans-Saint-Michel, les terrains seraient passés en UP et pas en N...
Ils ont eu beau dire que Baumet n'avait pas aménagé la Mirandole, Monsieur Castillon a signé une dizaine de permis de construire dans ce quartier et a accordé un bon nombre de CU... preuve que l'urbanisation du quartier était possible.
Le PLU est un document où le plus souvent on voit apparaître les intérêts personnels des équipes en place. Monsieur Castillon n'a pas dérogé la règle, je le déplore.

Anonyme a dit…

J'ai du mal à comprendre le discours qui est tenu concernant l'Hôtel-Dieu, le rédacteur pourrait-il préciser sa pensée ?

L'Hôtel-Dieu, propriété de l'hôpital, a été acheté par la municipalité de Castillon, pas par celle de Baumet (qui y a renoncé compte tenu du classement du cloître). Du coup, ne l'ayant pas acheté sous son mandat, Baumet, a, me semble-t-il, tout loisir de critiquer ce qui en sera fait en étant dans l'opposition.
Mais je n'ai peut-être pas bien compris ce que le rédacteur a voulu dire. Merci donc des précisions que vous pourrez apporter.


Et pour revenir à l'acquisition de l'Hôtel-Dieu : Il a fallu que la mairie achète l'Hôtel-Dieu pour que Monsieur Desbrun (l'hôpital, pour être précis) puisse acheter la Blache... Ce sont les propos que Monsieur Castillon a tenus devant la presse et qui ont été publiés en 2014.
Je me demande si le rôle de la mairie de Pont-Saint-Esprit est d'aider l'hôpital à investir, tout comme je me demande si le PLU de la commune doit permettre à monsieur Castillon de vendre ses terrains...

FS a dit…

Cher anonyme du 3 mars à 12:21,

RCS ne fait pas de procès d' intention ni à M.Baumet ni à M.Castillon,il relève simplement qu' un antagonisme exacerbé sur le devenir de l' hôtel Dieu ne sert en rien les intérêts des Spiripontains.

Cordialement

Anonyme a dit…

Je vous remercie de votre réponse.

Une certitude cependant : le projet prévu à l'Hôtel-Dieu, en d'autres temps, aurait pu être une bonne chose pour la ville (avec un bémol pour cette résidence de tourisme, car le touriste fuit tout ce qui de près ou de loin lui rappelle son quotidien...) ; aujourd'hui, il ne servira pas les Spiripontains, pas plus qu'il ne servira le tourisme dans la commune, on ne peut donc pas rester silencieux devant cela.

Ne pas le dénoncer aujourd'hui, ce serait faire preuve de faiblesse ou de manque de vue.

Vous avez su monter au créneau, à juste titre, pour le SITDOM, bientôt, vous conviendrez que les analyses sur le devenir de l'Hôtel-Dieu (projet peu réaliste à bien des égards) étaient fondées.

Louis XII a dit…

baumet il est temps de publier tes mémoires, qu'on rit un peu.

Lionel B a dit…

J'adore les anonymes qui reprochent aux autres de ne pas aller au combat !!!

Anonyme a dit…

"Aller au combat", la métaphore guerrière ne sied guère à ce qui s'apparente avant tout à de la citoyenneté, à l'usage de la démocratie.

Personnellement, je ne vais pas au combat, je représente.

Quant à l'anonymat, il est tout relatif... Sans doute à l'initiale de votre nom de famille tout le monde vous connaît... Moi pas ! Donc pour moi vous êtes un anonyme... Peut-être connu pour un haut fait de guerre, qui sait !

Courage mais sans risques a dit…

@5 mars 2015 06:34

"aller au combat" si si, Monsieur Vincent CLAUZIER est allé au combat, Madame Virginie SUBTIL est allée au combat, Monsieur Frédéric SUBIRANA et RCS sont toujours allés au combat, et tant d'autres SPIRIPONTAINS sont allés au combat.
Conclusion : DIRECTION TRIBUNAL DE NIMES AVEC FRAIS D'AVOCAT

La CITOYENNETE vous permet de créer une association loi 1901 "contre le projet de l'hôtel dieu", 1 trésorier(e) et un(e) secrétaire, allez courage citoyen, prenez votre COURAGE à 2 mains,vous aurez accés aux documents légalement accessible, il est possible que vous ayez les 500 adhérents qui ont soutenu Monsieur Vincent CLAUZIER.
Reste à convaincre et à travailler BENEVOLEMENT COURAGEUSEMENT.

Cordialement

Anonyme a dit…

Je siège au conseil municipal... C'est donc bénévolement que j'agis car, vous le savez sans doute, la démocratie en action et qui fonctionne ne donne pas un centime aux élus d'opposition.

Peu importe à vrai dire car le travail est fait (les dossiers sont épluchés) et il est passionnant. L'intérêt étant de voir si les projets sont bons pour la ville et les Spripontains, pas de s'opposer systématiquement, cela n'aurait aucun sens pour moi.

Le projet de l'Hôtel-Dieu tel que formulé initialement n'est pas réaliste, j'espère qu'après étude la municipalité reverra sa copie.

Anonyme a dit…

Pourquoi mes messages sont censurés ?