jeudi 16 octobre 2014

Alloc par Gérard Gelé


François Hollande a écarté pour l'instant l'hypothèse de la modulation des allocations familiales !  Pourquoi le gouvernement hésite à mettre en œuvre cette réforme ?.

Si le gouvernement socialiste paraît nettement moins enthousiaste que ses parlementaires pour instaurer des allocations familiales inversement proportionnelles au revenu, ce n'est pas tant parce qu'il répugne à puiser une fois de plus dans le porte-monnaie des familles de la classe moyenne.
C'est surtout parce qu'une telle mesure ferait immanquablement ressurgir le sujet des allocations familiales versées aux fonctionnaires et assimilés: un «supplément familial de traitement», octroyé dès le premier enfant et cumulable avec les allocations familiales «classiques», qui présente la particularité d'être d'autant plus élevé que le dit-traitement est important.
Vous avez bien lu: plus un fonctionnaire gagne, plus il perçoit pour ses enfants. Une part fixe, à laquelle s'ajoutent 3% de son traitement brut s'il a deux enfants, 8% s'il en a trois, et 6% par enfant supplémentaire. Avec des montants certes plafonnés - depuis peu, et surtout dans le souci d'atténuer une anomalie outrageusement flagrante - mais tout de même: on imagine les hurlements syndicaux si un tel système jouait en faveur des cadres du secteur privé, même en tenant compte du fait que ceux-ci cotisent bien davantage que leurs homologues du secteur public!
Le SFT, tout comme la Préfon, sont en réalité deux exemples parfaits de la schizophrénie et de l'hypocrisie du colbertisme à la française, qui prône l'égalité tous azimuts, à la stricte condition que les troupes de l'Etat soient systématiquement plus égales que celles du secteur privé.

De ce point de vue, le SFT fait d'ailleurs immanquablement penser à un autre scandale: la capitalisation des fonds versés par les fonctionnaires à leur caisse de retraite complémentaire, la Préfon, un mécanisme que les syndicats dénoncent comme odieusement attentatoire à notre sacro-saint système par répartition à chaque fois que les compagnies d'assurance tentent de plaider pour son introduction… mais contre lequel ils n'ont jamais rien trouvé à redire depuis plus de cinquante ans qu'il profite aux fonctionnaires.
Ce qui est également le cas pour la retraite des secteurs étatique en matière de calcul des retraites.. Faibles cotisations, fortes prestations,  attribution avec  des privilèges nombreux… SNCF, EDF, Sénateurs, Députés, Banque de France, fonctionnaires « dit » actif etc….
Mais encore faut-il que cela ne se voit pas trop ; Ce qui ne serait certainement pas le cas pour le SFT s'il devait y avoir débat autour d'une éventuelle dégressivité des allocations familiales.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Qui aurait pu croire voir un jour la MPT et la CGT faire cause commune ?? Pour les seconds n'est ce pas la crainte de voir remettre en cause le SFT ? Qu'ils se rassurent pour encore 2 ans la cible unique ce sont les salariés du privé qui gagnent trop pour bénéficier des allocations et autres et ne pas être épargné par les impôts et taxes et pas assez pour payer une mutuelle ou des études à leurs enfants...

Fonctionnaire a dit…

Excellente émission de C dans l'air sur comment les syndicats font la loi :
http://pluzz.francetv.fr/videos/c_dans_lair_,110656714.html

ou comment les conservateurs conservent tout en criant aux réformes.

Plus près de chez nous, choquant de voir l'article de presse et l’éviction de Mr Moya, il y a quelques mois c'était celle de MMe Broquin.
Deux délégués qui ont, à l'image de leurs valeurs et leurs convictions, défendu l'équité sociale, la classe ouvrière, l'égalité. Résultat, circulez !
La défense des salariés et l'équité sociale ? les syndicats ? grattez moi sous les bras que je rigole.

Bon week end RCS, amitiés à Nicole, Annie et Fred.

Iznogood a dit…

A un point prés Fonctionnaire, c'est que Mme Broquin a filé sa démission.Et elle a bien eu raison comme Guy. Devenus la cible de ceux qui ne voulaient pas perdre des primes qu'ils touchaient aux dépends des collègues qui les a soutenu ? A qui profite le crime ?

Fonctionnaire a dit…

Effectivement vous faites bien d'apporter ces précisions "Iznogood", éviction étant la manière d'être poussé dehors :

"Elles taclent, par la même occasion, les représentants syndicaux dont certains aujourd'hui évincés, avaient accepté la réforme alors "qu'ils étaient désavoués par la quasi totalité des agents".

http://www.midilibre.fr/2012/04/27/le-syndicat-cfdt-interco-et-la-cgt-unis-pour-denoncer-les-conditions-de-travail-des-agents-communaux,492454.php

"Doit-on invalider les élections professionnelles de 2008 et renouveler illico la commission technique paritaire ? "Oui", affirme la CFDT Interco, qui juge "illégitime" la présence de Guy Moya, délégué et secrétaire FO élu au sein de la CTP. L'instance de concertation entre élus et représentants du personnel est depuis quelques mois sous les feux de la rampe et de la critique syndicale."

http://www.midilibre.fr/2012/09/09/la-cfdt-interco-veut-faire-revoter-les-agents-communaux,559420.php

Ce qui rejoint cette émission de C dans L'air et les nombreux thèmes abordés sur le dialogue social.

Pour conclure, Merci MMe Broquin, Merci Mr Moya, les ouvriers, les catégories C, les sans dents, les femmes de ménages vous remercient, nous vous regretterons, nous allons nous sentir bien seules.