samedi 17 mai 2014

Difficultés de communication avec la basse cour par Frédéric Subirana

Il est facile de faire dire aux chiffres ce que l'on veut faire entendre.
Notre cher premier ministre l'a bien compris....



Surtout à 9 jours d'une échéance qui semble pour beaucoup pour le moins délicate.
C'était 650 000 ménages qui devaient sortir de l’impôt il y a 5 jours puis 1 800 00 maintenant. Cela fait espérer la suppression définitive de l'impôt sur le revenu avant les élections européennes....

Venir répondre aux cris des pigeons et autres moutons par une telle annonce, n'est qu'une nouvelle incompréhension dans le ras le bol fiscale des CLASSES MOYENNES.


 Cette fois-ci sur Europe 1, le premier ministre a déclaré "La mesure va bénéficier à plus de 3 millions de ménages, elle va faire sortir de l'impôt sur le revenu 1,8 million de ménages, soit une baisse d'impôt d'un milliard d'euros" qui sera financée "en grande partie" grâce "à la lutte contre la fraude fiscale".

Cette mesure correspondrait à une réduction d'impôt fixée en fonction de seuils de revenus :

- à 14 000 € pour un célibataire,
- à 28 000 € pour un couple,
- à 38 000 € pour un couple avec trois enfants

Cela signifie que le nombre de contribuables devant participer aux recettes de l'état va se réduire.


 Il ne faut pas sortir de l'ENA pour comprendre que compte tenu de l'obstination de nos dirigeants à ne pas réduire réellement les dépenses, les besoins en recette ne risquent pas de baisser.

Pire encore cette politique de réduire par le bas le nombre de foyer imposable nous entraine dans une logique qui pourrait s'avérer fatale pour la France. Faire peser sur une minorité le poids des dépenses liées à notre santé, notre sécurité, notre éducation et notre mille feuille... C'est de l'inconscience

Il serait bien plus juste que chacun contribue pour l'éducation de ses enfants, pour le soins de ses malades, pour la sécurité de ses proches et pour le bien être de ses élus suivant ses ressources bien sur.

Mais pour cela il faut revoir notre système fiscale afin que l’impôt sur le revenu intègre les prestations sociales.

Ce qui je vous l'accorde n'est pas Socialistement rentable électoralement parlant mais fiscalement plus juste.
Survenant après un matraque fiscale et des attaques de toutes part sur les classes moyennes une telle mesure ne va pas contribuer à renforcer la cohésion nationale, bien au contraire.


Les mauvais esprit trouveront une explication très démagogique à cette annonce qui se présente soit disant sans alourdir la facture alors que les recettes attendues pour 2013 n'étaient pas au rendez-vous et qui va percuter le choc fiscal à venir.

On augmenterait les impôts et avant de les faire payer on les baisserait un peu pour faire apparaître comme une mesure sociale généreuse ?

Pensez donc, nos politiques ne sont pas comme certains commerçants peu scrupuleux qui augmentent les prix avant les soldes! 

D'autres y trouveront un délicat calcul...

" Il y a en France environ 46 millions d'électeurs inscrits sur les listes électorales
Il se dit que seulement 35 % iraient voter aux européennes soit 16,1 millions
Le PS devrait réaliser 18 % de voix, cela fait 2 898 000 électeurs contents, soit près des 1,8 millions de ménages..."






2 commentaires:

mais alors a dit…

Un élu qui touche 2 indemnités qui sont dans cette fourchette il rentre dans les 3 millions alors qu'en les cumulant il gagne plus ?

Anonyme a dit…

Juste en passant avant d'aller dormir. Parce que je suis un privilégié : demain je bosse

http://www.service-public.fr/actualites/002807.html