vendredi 18 avril 2014

Information : 4 millions injectés à PSE

Une profonde refonte de son centre ancien. Voilà le sort qui est réservé à la commune de Pont-Saint-Esprit qui, pour les cinq prochaines années, bénéficiera d’un peu plus de 4 millions d’euros. 

Objectif : “opérer la rénovation énergétique afin de lutter contre l’habitat indigne et la précarité énergétique“, fait savoir le préfet du Gard, Didier Martin, à l’issue d’une réunion fleuve qui s’est tenue une grande partie de la journée en préfecture avec plusieurs partenaires.
Ont mis la main à la poche : la ville de Pont-Saint-Esprit ( plus d’un million d’euros) ; le conseil général (310.000 euros) ; le conseil régional (202.500 euros); l’ANAH (2 .389.688 euros ; le FART (192.000). L’ANAH (agence nationale de l’habitat, partenaire logement sur le parc immobilier privé), qui a revu des barèmes d’aide, concentrant pour l’année 2014 un fond de plus de 10 millions d’euros destiné à la rénovation énergétique de l’habitat. En 2013, le Gard a bénéficié de 700.000 euros.
Concrètement, les propriétaires bénéficieront de cette somme pour opérer les travaux dans leur logement : ”Pont-Saint-Esprit n’est ni Nîmes ni Alès. Elle concentre 20 % de la population dans son centre ancien “, fait savoir Roger Castillon. ”On sait que cela privilégie les circuits courts. Les personnes vont faire les travaux en contactant leurs artisans. Ces emplois sont peu délocalisables“, poursuit le préfet. Face à lui, Philippe Tamaï, le président de la fédération du bâtiment qui avait violemment tiré la sonnette d’alarme en début d’année (lire ici) : “ce sont des bonnes nouvelles. J’ai constaté quelques légers mieux dans le département, mais on ne sait pas encore à quoi ils sont dus. Si il y a moins de protestations, les artisans ont toujours des problèmes de trésorerie“.
Ces rénovations enclenchées par le préfet et la commune de Pont Saint Esprit, maître d’ouvrage, font partie de l’engagement du président Hollande mis en musique par l’ex-ministre de l’Ecologie, Cécile Duflot, qui prévoit de rénover 500.000 logements par an d’ici 2017 et d’atteindre une diminution de 38% des consommations d’énergie d’ici 2020. Ce à quoi, les acteurs locaux du bâtiment seront particulièrement attentifs.
Source : Coralie Mollaret pour Objectifgard

Aucun commentaire: