vendredi 25 avril 2014

Des apparences trompeuses par Nicole Grenet


Même si certains députés, par peur de perdre définitivement leur électorat nous la jouent révoltés du Bounty face à l’infâme gèle du point .
Ils oublient  les salariés du privé qui eux n'ont pas leur salaire gelé, mais réduit de 2 à 5% grâce notamment à la fiscalisation des heures supplémentaires, à celle des mutuelles ou des participations d'entreprise.

Une chose est certaine : le client qu'est la fonction publique ne sera pas touché par la baisse des prestations sociales faussement appelée baisse des dépenses publiques.

Contrairement à ce que nos chers dirigeants veulent bien faire croire les effectifs de la fonction publique ne baissent pas comme le montre l'étude réalisée par Capital.

Les effectifs de la fonction publique ont grimpé en 2012..
Si le nombre de fonctionnaires baisse dans les ministères, il augmente partout ailleurs.

En 2012, les effectifs de l'ensemble de la fonction publique (Etat, collectivités locales et hôpitaux) ont progressé de 0,3%, pour atteindre 5,51 millions fin décembre, selon une étude publiée par l'Insee ce mercredi.

Cette inflation concerne tout particulièrement les collectivités territoriales, où le nombre de salariés a grimpé de 1,6%, à 1,91 million, après une relative stabilité en 2011 (+0,3%). Dans le secteur hospitalier, la hausse s'établit à 0,7%, à 1,15 million (contre +1,3% l'année précédente). Concernant la fonction publique de l'Etat, en revanche, le nombre de salariés s'affiche en repli de 1% (à 2,44 millions) et même de 2,3% dans les seuls ministères (à 1,92 million).

Ce gonflement des effectifs de la fonction publique fait suite à une diminution de 0,5% en 2011, sur fond de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, mis en place en 2007 par Nicolas Sarkozy dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP).
François Hollande a mis un terme à cette politique lors de son arrivée au pouvoir en 2012, préférant viser une stabilité des effectifs de l'Etat et de ses opérateurs sur l'ensemble du quinquennat, tout en créant 65.000 postes dans les secteurs prioritaires (enseignement, police, gendarmerie et justice).
Concrètement, cela se traduira cette année par la création de 9.954 emplois dans l'enseignement (dont 1.000 pour les universités) et 995 dans les domaines de la sécurité et la justice, selon le projet de loi de finances 2014  (page 28). En revanche, 13.123 postes seront supprimés dans les autres ministères.

Le détail des prévisions de création d'emploi dans la fonction publique d'Etat en 2014 : 
© Capital.fr

1 commentaire:

rojasoca a dit…

Qui est Nicole Grenet? elle est très bien.