mercredi 19 mars 2014

Gilbert Baumet répond à RCS

Suite au questionnaire qui lui a été transmis le 8 mars 2014.
Voici l'intégralité des réponses du Candidat Gilbert Baumet

Réponse au questionnaire de RCS

1. Justice 

En ce qui concerne le point évoqué, j’ai un principe qui correspond à la séparation des pouvoirs, je laisserai donc la justice mener son enquête comme elle a dû le faire depuis 3 ans…

 2. Dette

Votre question est incomplète car la réparation évoquée (toxicité d’emprunt ou condamnation du maire) est incomplète, en effet, des fautes d’un représentant de l’État sont susceptibles d’être prises en compte. Ce sera un des leviers d’action compte tenu de l’attitude partisane de l’ancien Préfet car nous avons des éléments de preuve indiscutable. Ajoutons que nous demanderons la renégociation de la dette auprès des banques.

3. Transparence

Vous n’êtes pas sans ignorer qu’il existe ce que l’on appelle des documents communicables (budget et comptes) et qu’il suffit de faire une demande pour avoir ces documents sans qu’il y ait une quelconque périodicité de la demande.

4. Agglo

Vous n’êtes pas non plus censés ne pas savoir qu’en 2014 les conseillers de l’agglo seront élus au suffrage universel, en même temps que les conseillers municipaux. Donc le suffrage universel tranchera et l’agglomération ayant la personnalité morale, elle est soumise aux mêmes principes que les communes.

5. Scène campagne

Notre position est actée dans notre profession de foi, à savoir que nous sommes totalement opposés à ce projet pharaonique.

6. Exil fiscal 

Votre comparaison me paraît quelque peu osée. La liberté d’aller et de venir est une des libertés fondamentales de notre République. La solution est ailleurs, il s’agit tout d’abord d’assurer une péréquation fiscale entre les collectivités territoriales et une diminution conséquente du millefeuille administratif.

7. En attendant le train 

Également notée dans notre profession de foi, une intervention auprès du Ministère des transports car il est inadmissible que la Mairie n’ait pas réagi à cette fermeture.

8. Solidarité 

Durant deux ans, j’ai renoncé à toute indemnité, elle était alors reversée au budget. Pour ma part, je renoncerai à une partie de mes indemnités. Je n’ai pas besoin de directeur de cabinet, il n’y en a jamais eu à Pont-Saint-Esprit durant 38 ans.

9. Aire de grand passage

Je trouve l’association des contribuables bien timide. Pour ma part, j’avais fait voter ce que prévoit la loi à savoir 15 emplacements qui devaient être financés par l’agglo. Les travaux devaient commencer par Bagnols, Laudun ensuite Pont-Saint-Esprit, malheureusement le cataclysme est arrivé, M. Castillon a pris la mairie, n’a pas suivi le vote de 15 emplacements, a fait voter par son conseil municipal, puisqu’il dérogeait à la loi, une cession gratuite d’un terrain inondable au profit de l’agglo afin d’accueillir 500 à 600 gens du voyage. Je n’accepte pas cette folie que vous avez l’air d’avoir intégrée. Je ferai prendre une délibération par le Conseil Municipal pour dénoncer cette cession, en vertu de l’équivalence en droit pour la faire annuler.

10. En toute sécurité

Il suffit déjà de faire fonctionner 24H/24 et 7jours/7 la vidéosurveillance qui est un investissement coûteux mais efficace s’il est utilisé intelligemment. Vous n’êtes pas sans savoir qu’aujourd’hui on doit être la seule commune qui a une vidéosurveillance moderne qui ne fonctionne que le jour. Ce serait risible si cela n’apportait pas de l’insécurité comme on l’a vu récemment avec 5 cambriolages successifs.

11. En tant que grand électeur 

Etre grand électeur n’est pas une fonction, c’est tout simplement la possibilité de voter au moment des Sénatoriales. Ma position sera à la fois de défendre l’autonomie des collectivités territoriales et une meilleure répartition des impôts qu’ils soient locaux ou nationaux compte tenu de la crise économique.

12. Petit poste entre amis

Comme pour Scène campagne, je suis contre cet emploi fonctionnel de DGS à la tête du SITDOM et c’est écrit dans la profession de foi. Je serai, soyez-en persuadés, moins malléable que mon prédécesseur vis-à-vis du SITDOM.

21 commentaires:

Anonyme a dit…

Je me souviens d’une affiche en 2009, lors des manifs, où GB était affublé d’un grand nez qui s’était allongé comme Pinocchio, au gré de ses mensonges ! Il faudrait la ressortir :

Justice : grâce à ses réseaux, francs-maçons entre autres, il a tout fait pour ne jamais aller en justice comme le révèle l’ancien préfet Bousiges, faire trainer ou annuler les diverses actions le concernant comme rappelé par André Lacroix récemment…
Dette : il ne rappelle surtout pas que la dette colossale est uniquement son œuvre et maintient son délire de la faute du préfet et de la CRC…
Transparence : faut-il lui rappeler qu’il a délibérément caché aux spiripontains le rapport de la CRC fin 2007, en allant jusqu’à ne pas retirer le recommandé à la Poste comme rappelé par le président de la cour des comptes Philippe Seguin ; sans compter les manifs pour exiger le rapport de la CRC en 2010 qu’il refusait de remettre ; sans compter les conseils municipaux espacés de plusieurs mois pendant son règne ; sans compter l’absence de bulletins municipaux etc etc,
Solidarité : il a renoncé à ses indemnités pendant 2 ans – il faudrait lui faire rembourser toutes celles de ces 39 ans de règne pour avoir ruiné la commune
Directeur de cabinet : c’est son frère Alain qui était affecté au cabinet pendant 5 ans, même s’il ne s’appelait que collaborateur, comme rappelé dans le rapport de la CRC…et il a le culot d’écrire qu’il n’y en a jamais eu,
En toute sécurité : la vidéo n’a même pas été capable d’arrêter les dangereux individus qui l’ont agressé en mars 2009 pendant son jogging à 20h00 le soir ni le motard qui avait agressé son adjoint à la sécurité, Gérard Guillen, quelques jours avant l’élection du 30 janvier 2011 – il faudrait lui rappeler que la vidéo sert surtout après les faits pour la recherche d’individus, comme le rappellent régulièrement des affaires médiatisées,

Contribuables, vous qui n’avez sans doute pas oublié les années de lutte et les actions de cet individu pour museler l’opposition avec des frais d’avocat payés par nos impôts, faites une bonne action le 23/03/2014 : envoyez-le définitivement en retraite cette fois-ci et bon débarras !

Anonyme a dit…

Monsieur Baumet a t'il lu le rapport de la CRC ?

Anonyme a dit…

Pont-saint-esprit.
Les Echos n° 20652 du 08 Avril 2010 • page 5
Des contribuables ont porté plainte auprès du procureur de la République pour détournement de fonds publics contre le maire de Pont-Saint-Esprit. Cette plainte s'appuie sur un rapport de la chambre régionale des comptes. En 2009, elle avait pointé un déséquilibre de 13 millions d'euros pour un budget à peine deux fois supérieur.

Anonyme a dit…

Gilbert Baumet soupçonné d'être l'instigateur d'un attentat contre lui-même
Francis ATTARD 4 février 1995 à 01:28

Source Libération

Nîmes, correspondance

A sa demande, Gilbert Baumet, député-maire de Pont-Saint-Esprit, a été confronté hier dans le bureau d'un juge nîmois, à un photographe qui l'accuse d'avoir monté un faux attentat contre lui-même.

En juin et en septembre 1994, Gilbert Baumet, le sénateur maire (div-gauche) de Pont-Saint-Esprit, dans le Gard, est victime de deux attentats. Coups de feu d'intimidation la première fois, blessures par balles la seconde. Après l'émoi suscité par ces attentats, certains se sont posés des questions. Gilbert Baumet aurait-il commandité ces actes? L'actuel président du conseil général du Gard, Alain Journet (PS) qui a succédé à Gilbert Baumet à la tête de la collectivité, a en septembre dernier fait part de ses doutes. Une déclaration plus récente d'un ancien photographe travaillant pour l'armée relance l'affaire. Comme le révèlait, jeudi, le Nouvel Observateur, Bernard Michel déclare, avoir été contacté à la fin de l'année 1993 par l'ancien président du conseil général, alors en exercice. Toujours selon ses dires, Gilbert Baumet lui aurait promis, en échange d'une fausse agression, une subvention pour un projet de création d'école de danse. Selon Bernard Michel, Gilbert Baumet sentait sa majorité lui échapper à quelques mois des élections cantonales. «Monsieur Baumet m'a dit qu'il avait de gros problèmes et qu'il ne serait peut-être pas réélu. Il m'a demandé si j'avais des armes et m'a dit que c'était pour tirer sur sa voiture». Bernard Michel prétend avoir pris peur et refusé l'opération.

Cinq heures de confrontation Avocat de Gilbert Baumet, Jean-Paul Chabanne a vivement réagi à cette déclaration. Jeudi, Gilbert Baumet a évoqué «une manipulation pure et simple». A sa demande, une confrontation a eu lieu vendredi, dans le bureau du juge d'instruction Jean-Pierre Bandiera chargé de l'affaire.

La confrontation a duré cinq heures. Le premier sorti du bureau du juge, Bernard Michel a confirmé ses positions: «Je porte plainte contre Alain Journet et Jacques Goubin, son directeur de cabinet». C'est ce dernier qui a rendu public l'attestation publiée par le Nouvel Observateur, dans laquelle Bernard Michel expliquait sa rencontre avec Gilbert Baumet. Bernard Michel, qui porte plainte également contre l'hebdomadaire, a révélé avoir reçu des menaces contre lui et ses proches. Il a par ailleurs annoncé son intention d'être défendu par l'avocat marseillais Gilbert Collard. Pour sa part, Gilbert Baumet, manifestement épuisé après ses cinq heures de confrontation, a déclaré: «On a été en pleine fantaisie. Cette affaire devient politique». «Bernard Michel et Jacques Goubin, a expliqué avec insistance Gilbert Baumet, ont même reconnu que l'attestation a été rédigée en même temps que la demande de subventions. Il y a donc manipulation totale de la part de M.Michel.»

Gilbert Baumet et son avocat ont décidé de porter plainte contre Bernard Michel pour faux témoignage.
ATTARD Francis

rojasoca a dit…

Sur ce que je peut lire ou entendre il semblerait que Mr ESPARZA serait plus proche de la vérité que les autres challengers. Concernant la réactualisation de la dette de Pont st Esprit, de la station d'épuration, du terrain pour les itinérants, sur ses 3 trois questions Mt ESPARZA a été très clair et précis.

Anonyme a dit…

ROJASOCA vous êtes fan êtes vous sur la liste de MR ESPARZA

Anonyme a dit…

https://fr-fr.facebook.com/rene.stefanini

https://twitter.com/sgrs13

pour ne pas l'oublier hein baumet

sondeur bien informé a dit…

Il fera grand maximum 20% à tout casser, il garde un pouvoir de nuisance certes, mais il est politiquement mort, plus jamais il ne sera maire de Pont, désolé pour ses adeptes.

Réponse dimanche soir et vous verrez bien

merci pour tout RCS a dit…

à quand une application internet pour minitel? afin que Gilbert Baumet puisse créer son site de campagne.

Anonyme a dit…

Les grandes affaires de Nîmes
5 septembre 1994: attentat contre le président
Par Gilbert Charles et , publié le 05/07/2007
Ce jour de septembre, Gilbert Baumet, président (PS) du conseil général, est victime d'un étrange "attentat". Alors qu'il rentre d'un dîner à Poulx, près de Nîmes, des inconnus bloquent sa voiture sur une route de campagne et lui tirent dessus à coups de fusil. Blessé à la cuisse, il affirme qu'on a voulu l'éliminer parce qu'il détenait des dossiers compromettants sur l'office HLM du Gard. Cet ancien ministre, cité plusieurs fois par la chambre régionale des comptes à propos de la gestion de cet organisme, avait déjà été victime d'une agression similaire le 15 juin.
Quelques semaines après le "drame", un personnage interlope, Bernard Michel, ancien photographe militaire, livre à la presse des révélations fracassantes: il prétend avoir été recruté par Baumet pour mettre en scène un faux attentat, afin de redorer son blason. Quelque temps plus tard, Michel change d'avis et affirme que son témoignage a en fait été dicté par l'adversaire de Baumet aux cantonales, Alain Journet, qui lui ravira finalement son fauteuil au département.
Cet incident marque le début de la longue descente aux enfers de celui qui fut surnommé le "roi du Gard". Mis en examen le 10 janvier 1995 pour abus de confiance, il est alors accusé d'avoir fait rémunérer plusieurs collaborateurs, dont son frère et son beau-frère, par le biais de trois associations subventionnées par le conseil général. Après d'innombrables péripéties et d'interminables arguties juridiques pour reporter ou retarder ses procès, il sera condamné en décembre 2001 par la cour d'appel de Lyon à dix-huit mois avec sursis et 19 000 euros d'amende. En mars 2003, il écope encore de six mois de prison avec sursis et 6 000 euros d'amende au tribunal correctionnel de Lyon pour avoir utilisé les moyens du conseil général du Gard pour sa propre promotion politique (banquets, utilisation d'hélicoptères pour des déplacements privés). Un journaliste du Midi libre l'a qualifié dans un article de "croisement de l'anguille et de la savonnette", décrivant ainsi sa capacité à louvoyer entre les mailles de la justice...
Suivez L'Express

Voici, une nouvelle version de l'attentat contre Gilbert Baumet.

Anonyme a dit…

Il est bien dommage que Baumet soit rentré dans le jeu. Cela nous fait 4 listes à droite et un à gauche, mais 4 qui ne peuvent et ne doivent s'entendre.
Une alliance avec Baumet serait rejetée par les spiripontains, à juste titre et ni Segal ni Gondard ne voudront s'allier à priori avec Esparza. Ce qui est dommage parce que je suis persuadée qu'il ferait un bon Maire.

SR a dit…

Il n'y a pas de liste à Gauche ! La liste de Mr Castillon est Républicaine !

fusion a dit…

Pourquoi avoir fait 2 listes ?
Les similitudes entre segal et baumet sont étonnantes ...

nicole grenet a dit…

RCS s'était engagée a aller écouter tous les candidats c'est chose faite.
mais moi nicole grenet je peux vous dire que ce soir ce fut un supplice écouter un homme dans le déni complet dans le mensonge pour ses engagements et annoncer vouloir faire revivre pont avec des festivités m'a écoeurer
c'est un jugement personnel mais j'espère de tout mon coeur ques les spiripontains n'auront pas la mémoire courte

Michel a dit…

Dimanche foutons le définitivement hors jeu et à la porte

Anonyme a dit…

Pas loin de vous et de Monsieur Subirana, Madame Grenet j'ai assisté comme vous à cette succession de justifications mais j'ai appris des choses.

Je ne savais pas qu'un maire pouvez faire annuler une loi voté par les députés.
Je ne savais pas que la cour des comptes, pas la CRC-LR, la Cour pouvait venir réaliser un contrôle de gestion dans une commune.
Je ne savais pas qu'avec 20 millions de dettes et 2 millions d'impayés les caisses de la communes étaient pleines il y a 3 ans.
Je ne comprends pas non plus pourquoi vous n'avez pas intégré une question pépinière sur le sapin au combien important pour certain donc monsieur segal qui d'ailleurs n'était pas la ce soir pas sur scène du moins.
Peut être la semaine prochaine...

Anonyme a dit…

C'est vrai que le sapin de noel c'était vital, sujet number one, par contre les millions d'euros envolés en paillettes et autres festivités ça n'intéresse pas du tout certains candidats il faut dire c'était il y a des millions d'années au temps des dinosaures.

Les opportunistes de la dernière heure qui se sont planqués et sortent du bois au moment des élections risquent de déchanter vu leur score dimanche.

Spectateur a dit…

Décidément il y avait beaucoup d'observateurs ce soir. En résumé c'est la théorie du complot qui va éclater au grand jour !! Les millions pour les festivités, pas vrai alors ? Le rapport de la cour des comptes, un faux alors ? Le feu Président Seguin un menteur alors ? Même l'ancien Prefet a été traité de minable !! Mais d'ou viennent les dettes alors ?

Anonyme a dit…

Si tout n'est que complot, cet extrait du rapport de la crc est faux ?

La totalité des travaux engagés et réalisés dans les écoles s’élèvent aux montants suivants
honoraires inclus :
2008 : 86 234,75 €
2009 : 13 897,52 €
2010 : 0 €

Anonyme a dit…

Et celui là il est vrai ?

8.2.1- Les autres festivités 2007
Les fêtes hors Noël de l’année 2007 se répartissent en deux grandes masses d’égale
importance, les dépenses de 2007 payées sur l’exercice pour 793 689 € et les dépenses payées en 2008
pour 753 302 €. C’est donc près de 1 547 869 €, soit 10 % de ses dépenses de fonctionnement, que la
commune a consacré aux fêtes hors Noël.

Le prix annoncé du lavoir, seulement si on se renseigne plutôt que de croire ce que l'on ne comprend pas on s 'aperçoit que le lavoir coute à la commune 165 000 €. Donc avec les festivités on aurait pu sauver notre patrimoine et éviter qu'il s'effondre

Anonyme a dit…

La prochaine fois que vous voulez poser des questions RCS, pour qu'elles soient intelligentes et hyper importantes demandez à messieurs Baumet et Segal de vous les écrire... parce qu'eux ils savent...