dimanche 15 décembre 2013

Nouvelle opération sous hypnose ? par Frédéric Subirana

Cela devient une habitude d'habiller les mesures déplaisantes, voir douloureuses, par de louables prétextes. Cette fois-ci c'est notre chère ministre des droits des femmes Najat Valaud-Belkacem, qui s'y colle.

Afin de " favoriser l'emploi des femmes " elle souhaite apporter sa petite contribution auprès de Jean Marc Ayrault dans sa grande marche vers la remise à plat de la réforme fiscale.



L'idée révolutionnaire consiste à réduire le pouvoir d’achat des familles pour forcer les femmes récalcitrantes à sortir de leur "paresse" ou plus simplement réduire le pouvoir d'achat des couples pour forcer le salaire le plus faible à gagner davantage. Il n'est pas précisé pour autan ou trouver un emploi mieux rémunéré quand chaque jour de plus en plus de personnes cherchent un job tout simplement.

S'appuyant sur un rapport pour l'emploi des femmes de l'économiste Séverine Lemière, notre chère ministre se prononce " pour la révision de l’un des fondements de la fiscalité des ménages: la conjugalisation de l’impôt ".
La proposition est présenté pour les femmes, mais afin de vivre avec son époque, il serait plus juste de parler d'époux X ou Y afin d'éviter toute discrimination.


En quoi cela consiste ?

Pour un couple, la somme des revenus est divisée par deux, puis le barème s’applique à chacune des moitiés. Ce quotient permet de réduire fortement l’impôt des couples lorsque les écarts entre les revenus sont importants.
Son effet est en outre d’autant plus fort que la rémunération principale est élevée, car il n’est pas plafonné.
En réduisant l’imposition du couple, le quotient conjugal augmente le taux marginal d’imposition du conjoint inactif.
L’idée lumineuse consiste à bidouiller le quotient pour favoriser les couples biactifs ou au contraire pour réduire les avantages des couples mono actifs.

L'autre idée avancée consiste à plafonner l’avantage du quotient conjugal, comme pour le quotient familial.
Concrètement cela signifierai que :


Les revenus d'un couple sont toujours fiscalement agrégés et déclarés ensemble. Un seul avis d'imposition est émis au nom du couple. Pour le calcul de l'impôt chaque époux représente une part de quotient familial. Soit deux parts pour un couple sans enfant.

L'idée serait donc de supprimer le NOUS par le TOI et MOI soit la mise en place d'une taxation individualisée et donc par un système dans lequel le quotient attribué à chaque époux évoluerait en fonction de son degré d'occupation.

Sous couvert de mot tels que justice, égalité.. brandis comme Valeurs c'est une manière bien commode d'augmenter l'impôt sur le revenu sans vouloir le dire.
Si une telle réforme est adoptée, cela conduira à une forte augmentation de l'impôt, augmentation qui sera d'autant plus grande que les familles prennent déjà de plein fouet le rabotage du quotient familial pour enfant à charge.

Quelques exemples :

Pour un couple sans enfant, l'époux X ayant un revenu de 50 000 euros et l'époux Y un revenu de  20 000 euros, le versement actuel est de 9 867 euros.
En passant à deux déclarations on arrive à un impôt de 9 434 euros pour l'époux X et de 1 461 euros  pour l'époux Y.
Soit un total de 10 895 euros.
L'augmentation de l'impôt de notre couple est alors de 1028 euros. Soit une hausse de 10,42 %.

Si l'on décide de maintenir une imposition commune en diminuant le quotient familial sous prétexte que le salaire de l'époux Y n'est pas égal à celui de l'époux X, par exemple en limitant sa part de 1 à 0,5 on arrive à un total d'impôt de plus de 13 000 euros. Soit une hausse de plus de 30 %.

 Pour les couples ou seul un des deux époux travaille, la hausse envisagée est vertigineuse. En reprenant les mêmes revenus que précédemment elle est de plus de 50 %.


À l’inverse, dans une famille disposant de deux salaires équivalents, l’impôt baissera de façon significative, puisque le couple pourra ainsi contourner le système de la progressivité de l’impôt qui pénalise les gros salaires, en fractionnant le montant à déclarer.

À revenu global égal, ce seront donc les familles nombreuses qui paieront plus, tandis que les ménages disposant de deux salaires « normaux », sans que l’un ou l’autre n’ait été affecté par le frein de carrière « grossesse », s’enrichiront.

Une approche somme toute assez particulière de la politique familiale....

 Après l'individualisation de l’impôt sur le revenu, peut être celui sur l'ISF.
Il serait bon de savoir ce qu'en pensent Monsieur et Madame, pardon Monsieur Hollande et Madame Trierweiler ?

13 commentaires:

sergeG a dit…

Logiquement dans cette hypothèse, le conjoint qui ne travaille pas, qui n'a donc pas de revenu, doit bénéficier du RSA, de l'allocation logement, du téléphone et de l'électricité gratuits. La solidarité obligatoire entre époux doit être abrogée. Si un conjoint prend en charge son conjoint malade, il doit être rémunéré comme aide soignant. La garde des enfants doit être elle aussi rémunérée.

Anonyme a dit…

Au secours JAURES les socialistes sont devenus fous

Anonyme a dit…

Ce qui est terrible c'est que tout est manipulation et les français continuent de tomber dans le panneau. C'est comme leur rapport sur l'intégration. Une succession de chose inacceptable même pour le plus humaniste des bobos avec un seul but radicaliser l'électorat en vue de 2014. Les socialistes mettent en permanence en avant leurs valeurs, sans jamais les citer : et jouer avec la démocratie en faisant mumuse avec le FN cela fait partie de quelle valeur ?

Anonyme a dit…

@22:44, Des communautées cohabitent, certaines se haïssent. Une jeunesse a surgi, avec ses codes et ses usages permissifs, agressifs, violents. Tous les ingrédients sont en place pour une explosion sociale majeure. La police devient répressive prioritairement contre les Français " respectant les codes " par crainte ou par ordre, qui résistent tant bien que mal à cette nouvelle société que le pouvoir socialiste veut instaurer par la force. Tout cela ne peut que mal se terminer. Mais il faut résister et réagir, avec détermination et espérance. C'est un combat civilisationnel qui a commencé, digne de la saga romanesque "le Seigneur des anneaux", sauf que c'est bien la réalité !

Anonyme a dit…

Anonyme de 22h44 vous n'avez qu'a pas être du coté de la droite infâme mais de celui du parti du bien.

N’oubliez pas que Hitler, Pétain, pinochet et Franco sont des méchants alors que Staline, Castro, Giap sont des gentils..

Anonyme a dit…


Pour fixer le décor de cette commission : elle groupait 250 « experts » fonctionnaires, dirigeants d’associations, de syndicats, et chacune des 5 sous-commissions était pilotée par l’un des ministres qui en avaient la charge. Le rapport de 100 pages, dont on nous dit qu’il « n’engage pas le gouvernement », n’occulte aucun des aspects de la vie future promise à nos concitoyens.

Un pataquès abscons, écrit dans la « Novlangue » de gauche : « faire France », « vivre ensemble égalitaire », « une instance positive », « un inclusif solidaire » ; « faire de l’en commun », « cour des comptes de l’égalité », « production de possibles »….

Mais, prenons garde, ces mots annoncent sans vergogne aux Français la dilution et la dépossession de leur langue, de leur culture, de leur passé, de leur histoire, celle enseignée hier aux enfants pour privilégier celle d’autres peuples. Nous l’avions écrit, tantôt, ces socialistes « ne prennent pas que notre argent, ils prennent notre identité et notre âme » et, enchainant sur l’antienne selon laquelle « les civilisations sont mortelles », nous affirmions que, grâce aux socialistes au pouvoir, les jours de la nôtre étaient maintenant comptés. Comme le prédit Madame Malika Sorel « une véritable police de la pensée » est en train de naître : « délit de harcèlement racial », haro « sur les descriptions stigmatisant (telles que personne d’origine arabe) utilisées sans commune mesure dans les conversations, mais aussi par les médias… ». La France deviendra l’émule de la Corée du Nord.

Sont-ils les seuls responsables ? Non, rappelez-vous, il y a 40 ans, les Français proposaient fraternellement « l’assimilation », sans distinction, des nouveaux venus. Cette assimilation avait pour vertu de conserver l’unité de la nation et de la rendre plus forte. Mais le premier ministre turc la qualifiait de « crime contre l’humanité », et les élus et les gouvernements de droite ont préparé les esprits, avec application, en abandonnant ce mot et ce concept au profit des mots « intégration », « société multiculturelle », « France, arc-en-ciel », commençant à creuser la fosse de notre identité française.

Leur excuse : la prise en compte de la modification d’une société qu’ils avaient contribué à faire naître. Oh, bien sûr, ce n’était pas obligatoirement de gaité de cœur qu’ils le faisaient, mais ils se rassuraient de ne pas avoir, électoralement, trop d’ennemis à gauche. La stratégie ne changera pas, les lois de la gauche ayant transformé notre société ne seront pas abolies, ou à la marge seulement, ils peaufineront la société multiculturelle, ils promettront du « social », du « social ». Tout ce qui faut faire pour avoir une chance d’être élu. Même pas l’«h’archouma » !

Il y a ceux qui résistent, et il y a ceux qui cèdent. Les seconds sont toujours les plus nombreux.

Anonyme a dit…

anonyme de 22:44 ce n'est pas que de la poudre aux yeux. Regardez ce qui passe à l'assemblée ( http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1638.asp ) cela parait anodin mais la charte dit :

« Au sens de la présente Charte :
par l'expression « langues régionales ou minoritaires », on entend les langues :

pratiquées traditionnellement sur un territoire d'un État par des ressortissants de cet État qui constituent un groupe numériquement inférieur au reste de la population de l'État ; et
différentes de la (des) langue(s) officielle(s) de cet État ;

elle n'inclut ni les dialectes de la (des) langue(s) officielle(s) de l'État ni les langues des migrants ; »

Quoi que la Charte insiste sur la notion de territoire pour chaque langue, elle définit néanmoins, ce que l'on appelle les langues minoritaires qui sont

« pratiquées par des ressortissants de l'État qui sont différentes de la (des) langue(s) pratiquée(s) par le reste de la population de l'État, mais qui, bien que traditionnellement pratiquées sur le territoire de l'État, ne peuvent pas être rattachées à une aire géographique particulière de celui-ci. »

Avec quelle liste :
le berbère
l'arabe dialectal
le yiddish
le romani chib
l'arménien occidental
le judéo-espagnol
la langue des signes française

( http://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_r%C3%A9gionales_ou_minoritaires_de_France#D.C3.A9finition_selon_le_Rapport_Cerquiglini )

Dark va dehors a dit…

Les socialistes sont des pyromanes de la république.

Anonyme a dit…

La démolition en règle de la famille continuec...
"Tous les enfants naissent libres et égaux en droit d'avoir un pére et une mère" POURTANT
On fabrique des enfants sans pére ou mère, on taxe les propiriétaires ayant fini de payer leur crédit en fonction de la maison qu'ils possèdent ...les familles nombreuses ?
On supprime le quotient familial
A quand l'écotaxe sur les gros véhicules ? Vous avez dit familles nombreuses ?

RAZ le BOL
Vivement le JourdeColère le 26 janvier

nicole grenet a dit…

http://www.dailymotion.com/video/x11bt9d_scandale-au-parlement-europeen-argent-facile-champagne-a-gogo-et-autres-privileges_news

ON N'EST PAS PRÊTS DE SORTIR DE LA CRISE

Anonyme a dit…

Cela en dit long sur la valeur " économique " du rapport http://feedproxy.google.com/~r/ObservatoireDesSubventions/~3/NE1GETDvmys/

Anonyme a dit…

Vous vous demandiez d’où venait leur imagination pour trouver des sous, voila une piste : cela ressemble à une feuille de route de l'actuel gouvernement. Cela fait froid dans le dos http://droitedavant.wordpress.com/2014/01/23/le-manifeste-lesbien-de-1999-feuille-de-route-du-gouvernement/

Anonyme a dit…

Ils en prépare une bonne avec le non remboursement des premiéres visites chez le médecin. Pendant qu'ils nous amusent à je vais pas voter pour toi, alors qu'ils vont voter parce que la place est bonne tous le monde oubli la déroute de dimanche et ils peuvent nous faire passer des trucs en douce.