samedi 28 décembre 2013

17 800 chômeurs de catégorie A en plus au mois de novembre par RCS

Le troisième millénaire nous apporte non seulement des énormes avancées technologiques et des prouesses en médecine, avec notamment la greffe d'un cœur artificiel mais il nous apporte également un nouveau regard sur les mathématiques...
Sont elles devenues une croyance ?  Chacun pouvant ainsi avoir son interprétation très personnelle comme s'il s'agissait de la bible, du coran ou du talmud !

Sont elles devenues une philosophie ? Permettant ainsi suivant son positionnement dans la majorité ou l'opposition d'y ressentir une baisse lorsque l'augmentation est moins importante ?



 Cherche-t-on tout simplement, pour des raisons bénignes bien sur,  à nous faire passer des vessies pour des lanternes ?





 
Les mathématiques restent et seront toujours une science et la courbe du chômage ne s'inverse pas comme nous l'explique le magazine Capital.fr et les emplois aidés ne sont pas des vrais emplois car intégralement à la charge des contribuables :

 " Le ministre du Travail Michel Sapin estime que l'inversion de la courbe du chômage est bel et bien engagée au quatrième trimestre. L'Insee est moins optimiste que le gouvernement pour 2014.


Après le recul observé en octobre, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A est reparti à la hausse en novembre en France, augmentant de 0,5%, soit de 17.800, pour s'établir à 3.293.000, selon les données publiées jeudi par le ministère du Travail.

En tenant compte des personnes ayant exercé une activité réduite (catégories B et C), le nombre de chômeurs s'inscrit en revanche en baisse de 0,1% (-6.900) à 4.876.100.  Avec les départements d'Outre-mer, le total atteint 5.174.300.

Les évolutions enregistrées en novembre sont inverses mais avec une moindre amplitude de celles du mois précédent où le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A avait reculé de 0,6% et celui incluant les catégories B et C avait progressé de 0,8%.

Dans un communiqué, le ministre du Travail, Michel Sapin, a toutefois estimé que "l'inversion de la courbe du chômage est bel et bien engagée en ce quatrième trimestre de 2013".
"Alors que le chômage (en catégorie A) progressait d'environ 30.000 par mois en moyenne au premier trimestre 2013, il progressait de 18.000 par mois en moyenne au deuxième trimestre, puis de 5.500 au troisième trimestre", souligne-t-il.

"Sur les deux premiers mois du quatrième trimestre (octobre et novembre), l'évolution est à la baisse de-1.350 en moyenne par mois", poursuit-il.
Sur un an, la progression du nombre de chômeurs en catégorie A en métropole ressort à +5,6%. Elle est de 5,9% en incluant les catégories B et C.

"Au-delà du dernier chiffre de 2013 à venir, c'est la bataille de l'inversion durable, mois après mois, qu'il faut gagner en 2014 : elle est à notre portée", estime Michel Sapin.
L'Insee est cependant moins optimiste que le gouvernement sur la possibilité d'inverser durablement la courbe du chômage.

L'Institut a ainsi prévu le 19 décembre que l'économie française connaîtrait une reprise poussive en 2014, insuffisante pour provoquer une inversion de la courbe du chômage qui se stabiliserait à 11,0% de la population active au premier semestre.
Il entrevoit un léger mieux dû aux emplois aidés et à un net ralentissement des destructions de postes dans le privé (4.000 au premier semestre 2014), dû notamment aux effets du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE).

Mais le taux de chômage, qui était de 10,9% à la fin du 3e trimestre, se stabiliserait à 11,0% à la fin du premier semestre, une évolution bien loin de l'inversion de la courbe promise par François Hollande pour fin 2013."

© Capital.fr (avec Reuters)

Aucun commentaire: