samedi 2 novembre 2013

Dette publique, toujours plus de conseillers dans les ministères par Nicole Grenet

Une hausse de 10 % en un an ! 
Des économies peu apparentes
en électricité
En dépit de promesses, les cabinets ministériels continuent leur inflation de personnels.
La parution de la 27e édition du Guide du pouvoir (éditions du Pouvoir) permet de débusquer un mensonge supplémentaire de l'exécutif, alors que Dosière. Bien que les restrictions budgétaires soient le mot d'ordre dans les ministères, cette tendance n'est pas encore très visible au sein des cabinets ministériels.
Le nombre de conseillers s'élevait à 616 en 2012 et il atteint à 677 au bouclage de l'ouvrage (200 nouveaux membres de cabinets contre seulement 139 départs). Depuis 2009, les gouvernements successifs (François Fillon puis Jean-Marc Ayrault) font du nombre de membres attachés aux cabinets des ministres un véritable argument politique, financier, budgétaire, voire idéologique. Mais, une fois de plus, des paroles aux actes, il y a un océan... 
René Dosière n'a pas été remplacé

 Le député PS de l'Aisne s'était notamment illustré dans le contrôle des dépenses de la présidence de la République française, la précédente.  
Dosière avait évalué le budget de l'Elysée à 113,182 millions d'euros
 En octobre 2012, Hollande promettait de réduire ses frais à 103.483.252 euros, "soit une baisse de 5% par rapport à 2012" et de 2% à 101,6 millions d’euros en ...2014. 



Pour traquer les dépenses superflues, Hollande a créé deux postes de "cost-killers"...

Pour un aller-retour de François Hollande à Bruxelles, l’Elysée a dépensé la modique somme de 36 000 euros. Le président socialiste avait pourtant promis de favoriser les voyages en train pour les petits déplacements. Le prix d’un billet de train aller-retour Paris-Bruxelles en 1ère classe s’élève en moyenne à 200 euros, pour une distance avoisinant les 300 km. Mais,  en mai 2012, pour son premier Paris-Bruxelles en tant que Président de la République, François Hollande a voyagé avec l’avion présidentiel, et non en TGV, pour un coût s’élevant à 36.000 euros.

Nul doute qu’il aurait été préférable pour les contribuables qu’Hollande appliquât ses grands principes à lui-même.

Ce qui n'avait pas empêché la Cour des Comptes de se féliciter des efforts de la présidence dès les premiers six mois... Nous attendons ses applaudissements à dix-huit mois. 

Publié par Pakool à lundi, octobre 28, 2013 0

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Ils sont tellement indispensable en plus http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/11/01/97001-20131101FILWWW00298-le-conseiller-de-hollande-qui-aimait-trop-les-viennoiseries.php#xtor=AL-155

L'Amiral Pédalo a dit…

En période de chasse aux économies budgétaires, la mesure a de quoi surprendre. En 2014, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) dépensera 500.000 euros en plus en frais de fonctionnement.
C'est ce qui ressort des documents budgétaires du projet de loi de finances.

Sachant que le CESE est pour beaucoup un organisme totalement inutile.

Bonnet Rouge a dit…

Qui pourrait rappeler à l'UMP qui ose la ramener aujourd'hui, victime d'une épidémie d'Alzeimer; que concernant l'eco-taxe, leur petit joujou va nous couter la modique somme de 800 millions d'euros.

Si on devait délier le contrat qui a été signé par Mme Kosciusko-Morizet [ex-ministre UMP de l'écologie], par M. Baroin [ex-ministre UMP de l'économie], par Mme Pécresse [ex-ministre UMP du budget] à la société Ecomouv’, ça coûterait 800 millions d’euros.

On souligne logiquement la nullité et l'incompétence du PS pour ne pas relever celle de l'UMP qui tente honteusement de récupérer aujourd'hui le mouvement des bonnets rouges en Bretagne alors que ce sont eux qui ont inventé l'eco-taxe.

L'Amiral Pédalo a dit…

Et les Enarques on en parle ou quoi?

La formation d'un énarque coûte 168.400 euros
Selon le rapport budgétaire consacré à la fonction publique, la formation d'un élève de l'Ecole nationale d'administration revient à 168.400 euros pour l'ensemble de la scolarité. Au total, le coût d'une promotion atteint 13,5 millions d'euros.

Chaque promotion de l'Ecole nationale d'administration étant composée de 80 futurs hauts fonctionnaires, le coût total pour la nation atteint donc 13,47 millions d'euros. En comparaison, la scolarité d'un élève d'un des cinq instituts régionaux d'administration qui forment les fonctionnaires d'encadrement revient à 59.800 euros.

BFM TV