vendredi 25 octobre 2013

Le choix passe par la connaissance par RCS

Vous avez appris comme nous, au dernier moment, la date et le lieu de la tenue du conseil de la communauté de l'agglomération du Gard rhodanien.
Compte tenu que l'imminence annoncée du site est sans cesse retardée, nous, simples citoyens ne pouvons nous tenir informés de l'évolution d'une instance qui fonctionne avec une part non négligeable de nos taxes locales.
Une grande partie des dossiers ne suscite pas de notre part, un suivi attentif, mais lorsque nous apprenons qu'une nouvelle chapelle des Pénitents cette fois ci à Cornillon, va voir le jour sur notre territoire pour la modique somme de 4 125 000.00 € nous aurions aimé avoir été informé un minimum.


Même si le Midi libre nous indique dans son édition du 17 octobre que "  Jean-Christian Rey paraissant pris de court, a proposé aux élus une soirée d’information, le 29 octobre prochain à 18 h, sans en préciser le lieu. " nous ne savons pas ou ? ni s'il s'agit d'une réunion publique.

Certes l'agglo n'est qu'à son balbutiement avec moins d'un an d'existence mais il est à espérer que ce site tant annoncé voit le jour avant 2014 ou que la communication aura fait des efforts afin de nous permettre de voter autrement qu'en fonction de l'humeur ou de la sensibilité politique.


15 commentaires:

Anonyme a dit…

Laissons à présent les enfants et les naïfs s’indigner du sort ridicule de Leonarda Di Capricia. Les premiers louperont des cours qui ne leur apprennent de toutes façons ni à lire, ni à écrire, et les autres continueront d’alimenter l’immense machine médiatique pour qu’elle produise cette écume des jours dilatoire et polémique. Pendant ce temps, regardons ce qu’ils ne veulent pas qu’on regarde.

André Lacroix a dit…


Je suis scandalisé par les deux brochures émises par l’Agglo que j’ai reçues aujourd’hui.
Quel est leur cout ? Papier glacé et impression de luxe pour 2 livrets reprenant des informations déjà diffusées par chaque commune. Un bel exemple d’une gabegie résultant de l’empilement de structures dispendieuses conjugué avec la mégalomanie des élus cumulards qui les dirigent. Ajoutées au cout scandaleux du théâtre de Cornillon, ces brochures démontrent l’incurie de l’équipe qui gouverne l’Agglo et son mépris de l’argent des contribuables. Vivement les élections municipales pour balayer cette engeance qui rappelle furieusement ce que nous avons connu à Pont Saint Esprit pendant 30 ans.
Dehors ces apparatchiks prétentieux et dilapidateurs de nos impôts !

Georges 2 a dit…

Nous sommes en pèriode de crise et écoeurés par un tel gachis, surtout nous à Pont Saint Esprit qui avons vu notre pognon parti en fumée lorsque l'autre était au pouvoir durant plus de 30 ans. Un théâtre à Cornillon, les élus de l'agglo n'ont vraiment plus les pieds sur terre, est ce qu'il pense un seul moment aux familles qui ne peuvent plus joindre les 2 bouts. Qui va aller à Cornillon....
J'espère de tout cœur que certains cumulards iront travailler leur jardin après les municipales.
Une bonne fois pour toutes il faut arréter de parler en terme droite-gauche, il faut virer les cumulards qui font les beaux avec notre argent.

Anonyme a dit…

RCS a raison avec un site pas besoin de tirer de documents, dommage que la leçon n'ait pas fait école

Anonyme a dit…

droite et gauche ce sont des notions totalement dépassées et archaïques, c'était bon au siècle dernier, puisque depuis 30 ans ils appliquent la même politique néfaste.

Anonyme a dit…

George, peut être que l'inauguration aura lieu avant Mars !! Cela peut faire joli pour les élections .... Navrant.. Combien qui critiquait la gabegie à Pont ont voté pour cette salle ?

Anonyme a dit…

La folie des grandeurs.
Il est plus que temps de dire stop à tout ça et d'avoir des politiques responsables.
Vivement les élections

andré a dit…

Bonjour
Qui peut me dire combien de pièces de théâtre se joues a pont saint esprit et combien cela coute aux contribuables (nombres de personnel employés a quel salaire)
C'est honteux aussi les deux brochures qu'ils ont éditées combien
cela a couté
d'accord avec vous monsieur Lacroix
André

André a dit…


Y a t 'il eu des élus de Pont Saint Esprit qui on votés contre cette gabegie
si oui combien

Anonyme a dit…

N'oubliez pas que le rapporteur en question est notre conseiller général !!

Anonyme a dit…

il y a t'il des élus ou responsables de la réduction des déchets dans notre Agglomération ? entièrement d'accord avec Georges 2 et Monsieur Lacroix.

Anonyme a dit…

Bonsoir, je crois que oui anonyme de 12h07, il y a des responsables :
"Des objectifs de réduction des déchets ont été définis d’ici 2015.
- Promotion de la réduction du papier
- Favoriser l’éco-exemplarité des collectivités
- Promotion de l’éco-consommation
- Favoriser et accompagner les commerçants vers une démarche éco-commerçante
- Valorisation et promotion du réemploi"

http://www.sitdom30.fr/-Comment-

c'est du papier recyclé ?

Anonyme a dit…

La révolution part de Bretagne, demain le PS et les Verts seront balayés

Anonyme a dit…

les bretons montrent l'exemple à suivre, ras le bol des taxes!
la révolution fiscale est en marche, la France qui trime, qui paie et qui crève en a plus que marre des nuls qui nous gouvernent

Anonyme a dit…

Midi Libre:


Report probable du paiement des loyers pour leur logements, moins de carburant pour des véhicules de plus en plus vétustes : les 100 000 gendarmes peinent à boucler leur budget 2013 de fonctionnement et d'équipement.

Lors de son audition récente devant la commission de la Défense de l'Assemblée nationale, le général Denis Favier, directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN) avait attiré l'attention sur les "véritables difficultés" engendrées par un "budget sous tension" et "amplifiées par les divers gels et surgels de crédits".

Les gels de crédits toujours pas débloqués cette année



Ces "gels et surgels", qui touchent le budget de tous les ministères sont une "réserve de précaution", bloquée en début d'année, qui permet au ministère concerné de faire face à des aléas importants survenant en cours de gestion. Cette mise en réserve de crédits était toujours finalement levée par Bercy, plus ou moins tôt dans l'année pour la gendarmerie, mais toujours pas pour cette année.

Une dette de 16 M € pour le chauffage

Le général Favier, qui avait mené l'assaut du GIGN pour libérer les otages de l'Airbus à Marignane en 1994, est cette fois-ci face à Bercy, un adversaire d'un tout autre ordre mais coriace. "Nous sommes dans une situation difficile", avait-il confié aux députés le 16 octobre, précisant n'avoir pu passer cette année de commandes ni pour des véhicules ni pour des ordinateurs, sans compter les dépenses d'énergie, comme le chauffage, pour lesquelles il manque 16 millions d'euros. Quant au volume d'essence disponible pour les 30 000 véhicules de gendarmerie, il est en baisse de 6 % rapport à 2012, selon une source proche du dossier.

Report du paiement des loyers envisagé

Plus grave, le général Favier avait ajouté que "pour continuer d'assurer le bon fonctionnement des unités", il serait conduit à reporter le paiement des loyers aux collectivités locales. Le statut des gendarmes prévoit qu'ils soient logés gratuitement dans des immeubles appartenant au domaine de l'Etat ou aux collectivités locales, les loyers étant réglés par la gendarmerie. "La seule variable d'ajustement dont dispose le DGGN, c'est donc le report du paiement des loyers dès la fin de ce mois", souligne une source proche du dossier.

Cette source ajoute que pour "un renouvellement normal du parc automobile de la gendarmerie, il faudrait en commander 2 000 par mois". "Un véhicule de gendarmerie a une durée d'utilisation prévue en moyenne de 150 000 à 200 000 km. On peut le pousser jusqu'à 300 000 km à condition d'avoir beaucoup d'argent pour l'entretien ...", relève un officier de gendarmerie qui se dit "de plus en plus réduit à gérer la misère".

La baisse des effectifs a cessé en 2013

"La situation actuelle des dépenses de fonctionnement et d'équipements est inédite et plus que tendue", résume la source proche du dossier, même si elle ne concerne pas cette année le niveau des effectifs. "La gendarmerie a atteint un seuil", avait dit le général Favier aux députés. "Après avoir été malmenée par la RGPP (révision générale des politiques publiques du précédent gouvernement), avec une baisse de 6 700 effectifs entre 2008 et 2012, la baisse des effectifs a cessé cette année", avait-il relevé.

Pendant ce temps pas question de toucher à l'AME et autres aides et prestations pour immigrés et clandestins.

La France avance droit dans le mur