dimanche 6 octobre 2013

La fin du règne des polytiques ? par RCS

 

 Dans un article du 5 octobre 2013, dans le magazine Contrepoints, Baptiste Créteur, consultant en stratégie, analyse la situation et tente de répondre à une question :

Est-ce La fin du règne des polytiques ?

" On sait à peu près à quoi s'attendre quand un article titre : Horreur : des fonctionnaires détournent de  l'argent. Quand ils se font prendre pour 500 000 euros, les détournements de fonds font les gros titres ; mais on entend étrangement peu parler des syndicats, de la formation professionnelle ou des CE des entreprises publiques, ou des juteux contrats accordés aux amis du pouvoir. Et quand quelqu'un en parle, il n'est pas tout à fait serein.
La chance qu'ont les institutions publiques, c'est que quand elles se font voler, elles reçoivent une subvention pour combler le préjudice. Ce qui n'est pas le cas pour une entreprise privée ou un particulier, dont le manque de vigilance est rarement récompensé de la sorte. On aurait d'ailleurs plutôt tendance à traiter une victime de détournements de fonds depuis 10 ans de benêt.
C'est d'ailleurs comme ça qu'il conviendra d'appeler les Français qui croient encore que l’État les sert du mieux possible et prennent toute déclaration politique pour argent comptant. 58 policiers et gendarmes de plus en Corse et quelques arrestations juste avant la visite présidentielle, ça tombe bien pour la couverture de l'événement en donnant de la matière aux journalistes mais ça ne réduit pas le nombre d'homicides - 17 depuis le début de l'année.
Le gouvernement, selon le président, se mobilise pour la sécurité ; l'actualité ne colle pas tout à fait. Quand ils braquent une bijouterie à deux en province, les braqueurs se font descendre ; désormais, les malfrats interviennent à 10 dans les beaux quartiers de la capitale.
Étrangement, les malfrats sont armés, aussi bien à Paris qu'en Corse ; aux dernières nouvelles, les armes à feu sont pourtant interdites en France. Les citoyens honnêtes sont désarmés face à ceux qui font respecter la loi d'un côté et ceux qui l'enfreignent de l'autre, les deux représentant historiquement une menace considérable pour la liberté.
Car si l’État est chargé de faire respecter les droits fondamentaux, garantissant à chacun sûreté, libertés individuelles et propriété, il est aujourd'hui le premier à violer la propriété et les libertés individuelles tout en utilisant son théorique monopole de la violence légitime pour légitimer toute violence.
Heureusement pour les valeurs qui ont un jour représenté un espoir pour la France, les Français commencent à s'apercevoir que l’État n'agit pas toujours dans leur intérêt, a fortiori quand ils paient. A ce titre, les nouveaux contribuables apportent un espoir à ceux qui souhaitent rationaliser la dépense publique : plus les contribuables sont nombreux à voter et à sentir l'impact direct de leurs décisions, plus ils seront sensibles à l'utilisation faite de l'argent de leurs impôts.
Il est facile d'être généreux avec l'argent des autres, et certains en ont fait un métier : les hommes polytiques (du latin poly, plusieurs, et du français tique, animal parasite suceur de sang), aussi parfois appelés polytics en référence à leurs différentes manies : taxer, réguler, subventionner, etc. Leurs mouvements sans aucune coordination les ont récemment poussé à faire augmenter le prix des livres sur Internet, tout en dépensant des millions pour favoriser l'accès à la culture.
Les contribuables, en revanche, qui financent l’État, commencent à trouver l'addition salée et le temps long. Les efforts croissants qu'on leur demande pour lutter contre des problèmes conjoncturels semblent les renforcer ou en créer de nouveau plutôt que les résoudre. Ils sont de plus en plus nombreux et grognent de plus en plus fort.
L’État doit désormais être mieux géré, cesser d'étendre son emprise et laisser plus de place au choix individuel s'il ne veut pas que la grogne devienne fronde et que la fronde lui jette des cailloux. En sera-t-il capable ?"

15 commentaires:

Anonyme a dit…

ça va pèter un mai 68 à l'envers et la révolte de la majorité silencieuse qui en a plus que ras le bol, ça déborde.

Anonyme a dit…

En terme de droite extrême, contrepoints c'est pas mal aussi ...

Anonyme a dit…

http://www.nonalabaissedeslimitationsdevitesse.com/index.php?page=accueil

contre le matraquage gouvernemental, voici le lien de la pétition de 40 millions d'automobilistes.

se mobiliser contre les décisions arbitraires de ce gouvernement

Anonyme a dit…

En fait tout ce qui dérange et va à l'encontre du système en place et des incompétents qui nous dirigent, est automatiquement taxé d'extrème droite.

Le probléme, ça ne prend plus, et ça n'abuse plus que les faibles d'esprit qui croient encore aux balivernes des tenants du système.

L'Amiral Pédalo a dit…

Reportage sur les magouilles du parti EELV de la ministre Cécile Duflot avec l'argent des impots locaux.


http://www.observatoiredessubventions.com/2013/eelv-magouilles-et-argent-public/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+ObservatoireDesSubventions+%28Observatoire+des+subventions%29

Anonyme a dit…

Bonsoir, j'aurai écrit les polis tics, et je te souris, et je te serre la main, et je te fais la bise et je me proclame gentil, tolérant .... et je te fais de grandes leçons.
Excepté que si l'on n'est pas d'accord, et je t'envoie au tribunal de Nîmes, et je te traite d'extrêmiste, et il faut pas lire contrepoints, même pas le Point.

"Les livres dérangent la tranquillité d'esprit collective des masses qui se complaisent dans leur ignorance"
"Fahrenheit 451 est une dystopie. Il s'agit d'une contre-utopie, un récit qui déroule la vision pessimiste d'un futur sombre, souvent totalitaire, à l'opposé de toute amélioration

FAHRENHEIT 451 de Ray Bradbury publié en 1953

Anonyme a dit…

Faudrait peut-être lire celui là de mag 13:07 ?
"650 000 euros de déficit pour le magazine de la CGT "

"Rappelons que la CGT bénéficie de très importantes subventions publiques ( voir Enquête sur la CGT: révélations), qui lui permettront peut-être également de combler le déficit de 650 000 euros du magazine La Nouvelle vie ouvrière ( voir aussi L’argent de la CGT, un scandale d’État).

Donc même si je ne l'achète pas, en tant que contribuables, comme des millions de Français, je le paye parce qu'en terme d'extrême,ce magazine, c'est pas mal aussi ....

Anonyme a dit…

en fait, nous n'avons pas compris la stratégie du gouvernement sur la limitation de vitesse, parce que le peuple, il est abruti, il ne comprend jamais rien. C'est les 3 oeufs : Economie-écologie-emploi

-baisser la vitesse à 10 à l'heure
-une personne pourra donc la pousser
-plus besoin de carburant donc plus de pollution et quelles économies !
-vous recrutez 1 personne pour la pousser, 6 personnes pour la montée de Roquebrune.Warning, vous ne pourrez plus vous déclarez AUTO ENTREPRENEUR, pourtant le mot est très approprié.
-chaque citoyen crée son entreprise et embauche donc

et le tour est joué !c'est pas une vision économique et écologique du paysage Français ça ?????

Anonyme a dit…

@13:07 quand bien même, si l’extrême gauche a pignon sur rue pourquoi pas l'autre coté ? Si je ne m'abuse ce qui est sous entendue c'est le fascisme ? Pouvez-vous nous donner votre définition qu'on rigole ? Par la même donnez-nous la signification des valeurs dont se gargarise la gauche sans jamais les citer ?

Anonyme a dit…

Anonyme de 13h07, de retour ? vous êtes celui qui reprochait Dreuz ?

Anonyme a dit…

bien sur 6 octobre 2013 13:07, mettez un copyright sur toutes les lettres de l'alphabet, les nombres, des droits d'auteur sur les phrases, vous dominerez tous les écrits et en plus vous allez vous faire un fric......extrême, sur le dos de la liberté d'expression.
Ne me dites pas merci, l'idée est gratos, c'est bien parce que c'est vous

Anonyme a dit…

chuttttt !!!! Rassemblement des Contribuables Spiripontains, l'anonyme du 6 octobre à 13h57 est un touriste ou un tout nouvel arrivant qui n'a aucune connaissance de votre et notre histoire. Chutttttt ! le pauvre, faut pas se moquer des ignorants qui viennent s'auto flageller.
Il ne sait pas que RCS a soutenu financièrement l'époux d'une élue PS. Il ne connait pas, l'histoire du COLLECTIF RETOUR AUX URNES.
Il ne sait pas que parmi vos adhérents, il y a des personnes de tous bords CONTRIBUABLES UNIS
La seule chose qu'il sait, c'est que votre site va atteindre les 80000 visites et devient le premier média de communication Spiripontains.
Chuttttttt ! Rassemblement des Contribuables Spiripontains, à croire même qu'il n'est pas de Pont.

Anonyme a dit…

Cher 6 octobre 2013 13:07
a force de dire aux "opposants" des politiques menées qui nous ont mis dans la situation désastreuse dans laquelle nous sommes, qu'ils sont d'extrême droite, ils finissent par le croire et le voter.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/06/cantonale-de-brignoles-var-le-fn-largement-en-tete-au-premier-tour_3490837_823448.html

Si vous n'avez aucun proche inscrit à pôle emploi, aucun proche veuve retraitée qui travaillaient du lundi au samedi midi à plus de 40h/semaine, aucun proche malade, aucun proche en situation de précarité, aucun proche qui essaye de maintenir son emploi et celui de son salarié dans sa petite entreprise, aucun proche autoentrepreneur, aucun proche travailleur pauvre, soyez heureux mais ne venez pas nous taxer d'extrêmiste. Nos nerfs sont à l'extrême, OUI, mais pas nos bulletins de vote.
Continuez de nous en convaincre que nous sommes extrême droite vous aurez un grand Brignoles en 2014, l'abstention y compris.
Cordialement

Anonyme a dit…

tout a fait anonyme précédent, les choses a force de les entendre ou les lire, même si cela ne nous correspond pas, on finit par y adhérer.
C'est le principe de la chanson que vous détestez dès sa sortie mais à force de l'entendre en boucle dans les médias, vous finissez par la chanter;
Madame ou Monsieur du 6 Octobre a 13 :57
"Formidable, fooormidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable........", votre intervention pour culpabiliser nos situations et nos ressentiments ne fait que renforcer notre colère.
Pour votre information, je vais lire Contrepoints puisque cela vous dérange tant.
Un petit extrait :
"Avant de se demander si c'est utile, il faut se demander au nom de quoi il faudrait réglementer le travail du dimanche ou en soirée."

http://www.contrepoints.org/2013/10/07/141672-travail-du-dimanche-faudrait-il-reglementer

Des étudiants ont besoin de travailler pour financer leurs études le dimanche et le soir, comme d'autres travailleurs à temps partiel subi, ont besoin de compléter leur salaire.
Je ne vois pas en quoi cela est de "droite extrème"

L'Amiral Pédal a dit…

Moi je vais acheter et lire le dernier ouvrage de l'acteur historien Lorant Deutsch rien que pour emmerder les bien pensants et les censeurs de cette caste politicienne que je vomis chaque jour un peu plus.