lundi 23 septembre 2013

Moi président de la justice fiscale ? par Frédéric Subirana

Que l'on écoute Bernard ou Pierre, pardon le ministre du budget ou celui de l'économie, voila que viennent d'adhérer, au club très select des contribuables, entre 1.3 et 1.6 millions de français.
Même si le ministre délégué au budget après contestation promet de rendre compte " du chiffre exact dès que nous en disposerons, dans quelques jours " à la commission des finances de l'assemblée nationale, demande quelques jours pour préparer ses explications.

Le ministre de l'économie, reconnaissant sur Europe 1, la potentielle éventualité de la présence d'un probable nouveau petit million de contribuables, nous rassure par l'annonce d'une future décote au profit de 6 à 7 millions de foyers fiscaux, ( mais au détriments des classes moyennes bien sur, dont les plus exposées risquent de basculer vers le seuil de pauvreté ).
Cela ne vous aura pas échappé nous parlons, pardon on ne nous parle que de recettes de l'état, il faut donc en conclure que les vrai réformes concernant les dépenses ne seront jamais réalisées, certes toujours annoncés mais seulement annoncées.

Ces recettes sont elles justes ?
Et bien jetons un petit coup d’œil au graphique ci-dessous ..
 Outre le fait que le pouvoir d'achat de ces contribuables baisse, vous ne remarquez rien ?
Ces personnes payent des impôts parce que l'argent entrant au foyer est issu d'un salaire et pas d'allocations.
Même s'il parait caricatural et provocant regardons le tableau suivant qui a l'avantage de comparer le comparable :

 Puisque dans leur course effrénée à la réélection nos pseudo gestionnaires publiques refusent de réduire les dépenses de l’état, ne peuvent-ils pas au moins rendre le système de prélèvement plus juste en supprimant le distinguo qui est fait entre argent provenant d'un salaire et argent provenant de la solidarité nationale ?

20 commentaires:

sergeG a dit…

Outre l'équité, la déclaration et la fiscalisation de tous les revenus permettraient l'instauration d'un contrôle des fausses déclarations sociales par le service des impôts. Il est aussi vivement souhaitable que tous payent des impôts sur le revenu conformément au principe de la Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen :Art. 13. -
Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.
Cela mettrait un terme à la partition électoraliste de ceux qui payent des impôts et ceux qui perçoivent sans contribuer.

L'Amiral Pédalo a dit…

A vouloir conserver à tout prix, en niant la réalité des choses, une clientèle qui vote à 90 % pour lui, le gouvernement socialo verdatre va perdre ou a déja perdu :

- la classe populaire, les ouvriers
- les petits commerçants et artisans
- les agriculteurs
- les retraités
- les cadres non boboïsés
- les petits fonctionnaires

en gros, le monde du travail, celui qui crée de la richesse et qui est matraqué fiscalement.







Con Tribuable a dit…

Et à tout cela il faut rajouter pour les nécessiteux l'aide aux vêtements, à l'alimentation, les prises en charge CCAS pour le cinéma et autres réjouissances .....
Alors que se passe t'il infine ?
Le pouvoir d'achat des "contribuables" s'effondre et avec lui toute une part de notre économie ...
Allez courage encore un peu de patience et nous allons vraiment assister, après la destruction de toutes nos valeurs (Justice, Famille, Education des enfants, ...) à la déflagration de notre société.
Quand aux fonctionnaires je doute qu'ils profitent de cette situation de hausse perpétuelle des impôts ...

Anonyme a dit…

"Sur ces 20 000 fraudeurs aux bourses étudiantes, seuls 5000 à 6000 se voient contraints de rembourser les montants octroyés, entraînant un coût pour l’Etat avoisinant les 100 millions d’euros par an."

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/cout-de-la-fraude-aux-bourses-etudiantes/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+ObservatoireDesSubventions+%28Observatoire+des+subventions%29

Pour ceux qui ont 0 euro de bourse et qui payent cash toutes les études de leurs enfants.
Contribuables TRAVAILLEURS contribuez !

Dark va dehors a dit…

Le costume de président est bien trop grand pour Hollande qui n'a ni la stature, ni la vision, ni les compétences requises pour le poste qu'il occupe.




nicole grenet a dit…


Les syndicats enseignants sont indécrottables…
enseignants-manifestation-syndicats-238589-jpg_130076

Le 23 septembre 2013
Marie
Delarue
Ecrivain, musicienne, plasticienne.

Accusé ou presque d’abus d’autorité en mettant en place sa réforme du temps scolaire, le ministre de l’Éducation Vincent Peillon a décidé d’en passer par la concertation pour son nouveau projet : la réforme des programmes.

La précédente réforme ne date que de 2008 mais, comme tant d’autres avant elle, elle n’eut pas l’heur de plaire aux enseignants en général et à leurs syndicats en particulier. Le ministre Darcos qui l’avait initiée avait un gros défaut : il appartenait à un gouvernement de droite, et en tant que tel, pâtissait forcément d’une image de vieux réac. D’une folle audace, cet impudent avait osé remettre au goût du jour des concepts archaïques tels que la « grammaire » (plutôt que l’« observation réfléchie de la langue »), et des vieilleries comme la « récitation ». On rigola bruyamment chez les docteurs en pédagogie, traitant le ministre de « passéiste » et de « normatif ». Deux gros mots. Depuis, Xavier Darcos a pris sa revanche : devenu académicien français, il travaille en paix au dictionnaire.

Il y a peu de chances que son successeur Vincent Peillon intègre un jour l’auguste assemblée des hommes en habit vert. Peu de chances aussi qu’il laisse son nom dans l’Histoire. Tout juste ira-t-il grossir la longue liste des politiciens morts au champ d’honneur de l’Éducation, écrasé lui aussi par le mammouth fossilisé. Car ne voulant rien imposer, Peillon – quelle audace ! – demande aujourd’hui aux enseignants de réfléchir à la réforme à venir. Mais réfléchir, ça demande un peu de temps, n’est-ce pas ?

La « concertation » doit démarrer ce lundi 23 septembre et se poursuivre jusqu’au 18 octobre, veille des vacances de Toussaint. Une deuxième phase sera lancée en fin d’année. Fort bien. Sauf que… Sauf que, pour les syndicats, il n’est « pas question que cette consultation constitue un temps de travail supplémentaire ». Ils vont donc cogiter « sur leur temps de service – mais en dehors des heures de cours » : trois heures pour chacune des deux consultations, soit au total six heures durant l’année scolaire. Harassant. De quoi demander une prime, voire une augmentation. Quitte à se mettre en grève pour l’obtenir.

Mais comme ils disent : tout ça, c’est dans l’intérêt des enfants.

Nicolas Grelot a dit…

Le parti de France, c'est le bon sens près de chez vous, n'est-ce pas Mme grenet? Et puis c'est surtout ceux qui en savent le moins qui en parle le mieux...

Savez-vous le temps que passe un professeur des écoles en dehors de son temps scolaire, sans aucune rémunération supplémentaire (là où leurs collègues des collèges et lycées sont payés)? Non.
Mais c'est tellement plus plaisant et plus facile de faire de l'amalgame, de jeter le bébé avec l'eau du bain avec ce genre article si bien documenté.

http://www.thomasjoly.fr/article-les-syndicats-enseignants-sont-indecrottables-par-marie-delarue-120220944.html

nicole grenet a dit…

mr grelot

je réfute "c'est ceux qui en savent le moins qui en parle le mieux."
j'ai des professeurs des écoles dans ma famille je m'occupe de mes petits enfants qui vont à l'école primaire et me suis inscrite comme bénévole a l'école marcel pagnol pour les activités le soir de 16h a 17h.
Je ne suis pas franchement d'accord avec ces horaires mais j'écoute et je me dis des gens compétents ce sont penchés sur le problème et ils doivent avoir raison.
Mais là il s'agit de syndicat et que ce soit d'enseignants ou salariés ils ne sont plus à la hauteur je suis désolée mais ce n'est pas la 1 ere ni dernière réforme qui ne passera pas et nos enfants en savent de moins en moins et la je sais de quoi je parle.

Anonyme a dit…

Concernant les profs des écoles dans le public, mon sentiment personnel est que 50% devraient voir leur salaire doubler pour leur implication qui ressemble à un sacerdoce mais 50% voir leur salaire diminuer de moitié et pour certains ètre virés pour leur incompétence.

Mais hélas c'est impossible et les enfants sont les 1ers à en subir les conséquences.


Et Mme Grenet a tout à fait raison dans l'analyse qu'elle fait n'en déplaise à certains qui ont des oeillères à la place des yeux et un gros poil dans la main.

Anonyme a dit…

"Savez-vous le temps que passe un professeur des écoles en dehors de son temps scolaire, sans aucune rémunération supplémentaire (là où leurs collègues des collèges et lycées sont payés)? Non."

Et vous Mr grelot, savez vous combien de semaine de congés payés à 1120 euros/ mois pour une femme de ménage, samedi inclus.Poste de matin à 6h, poste du soir jusqu'à 21h.
Je dirais plutôt que, c'est ceux qui en savent le plus qui en parle le moins. Parce que les revendications des fonctionnaires ............. !!!!!!!!

Bien à vous

Nicolas Grelot a dit…

J'en ai rien à foutre de la femme de ménage... aux dernières nouvelles, quand cette dernière fait 1 heure de plus, elle est payée, elle. Et puis, si elle avait fait des études, elle ferait autre chose que des ménages et aurait donc une rémunération autre (comparaison est nulle et non avenue).
J'en ai ras le bol de lire ce genre de torche balle pondu par Marie
Delarue et consorts qui ne savent même pas de quoi ils parlent. Surtout que cette dernière, qui se dit Ecrivain, musicienne, bénéficie d'un des régimes les plus spéciaux qui soit, le régime des intermittents du spectacles.
Mais, bien sûr, elle n'est pas fonctionnaire... donc ça ne vous intéresse pas. Vous feriez mieux de faire un peu le tri dans vos publications, si vous voulez gagner en crédibilité.

Anonyme a dit…

mama mia, l'infarctus de la cocarde Nicolas, ça te guette !

Donc nous étions partis sur les professeurs des écoles, à 35h/ semaine de présence scolaire ? comme la "j'en ai rien à foutre" de femme de ménage
A la 36ème et suivantes heures semaine, c'est raté, ce n'est pas payé, pour la "j'en ai rien à foutre" de femme de ménage, je vous explique :
Temps de travail annualisé = 1600 h + 7 heures pour la journée solidarité.
Pour les professeurs des écoles, je vous explique :

"1) vingt-quatre heures hebdomadaires d'enseignement à tous les élèves:
"Cela étant, votre temps de service ne se limite pas à ces seules heures de cours puisqu'il englobe aussi le temps de préparation des cours, de correction des cahiers et de suivi des élèves. C'est pourquoi le versement du traitement implique aussi la réalisation de ces tâches dans le respect des consignes administratives et pédagogiques."

http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/laclasse/Pages/2013/140_Rubriquejuridique.aspx

Effectivement la "j'en ai rien à foutre", elle n'a pas fait d'étude, juste un mini, très mini CAP en hygiène. Un peu, l'éboueur qui vient vider vos poubelles Nicolas, ou l'agent qui nettoie la chaussée Nicolas, ou le mécano pour votre voiture Nicolas, La caissière qui enregistre vos courses Nicolas, le serveur du bar et du resto Nicolas, le travailleur a la chaine pour vos produit alimentaire Nicolas, celui qui goudronne votre route Nicolas, le facteur qui vous livre le courrier Nicolas .... mais bon Le grand Nicolas, qui n'en a "rien à foutre des pas ou peu diplômé, il sait TOUT FAIRE même sans les sur-diplômés. Un POLI POLI POLI VALENT.

Et bien RCS, là il y a de la recrue, fantastique, un personnage ce Grand Nicolas, en plus de jalouser ses collègues :

"Savez-vous le temps que passe un professeur des écoles en dehors de son temps scolaire, sans aucune rémunération supplémentaire (là où leurs collègues des collèges et lycées sont payés)? Non."

Mais il ne nous dit pas pourquoi il n'a pas fait profs des collèges ou lycées ????????????

il est conseiller en communication, publication et crédibilité.
Un grand HOMME ce Nicolas, qui s'il pouvait laisser ses coordonnées, avec tous ces talents puisqu'il n'a besoin de personne et surtout pas des sous-diplômés, dans sa vie, une grande recrue unique pour un patron, qui le payerait 10 fois le SMIG.
Ha mais j'oubliais le SMIG, c'est pour ces "j'en ai rien à foutre " d'ouvriers

nicole grenet a dit…


Savez-vous le temps que passe un professeur des écoles en dehors de son temps scolaire, sans aucune rémunération supplémentaire (là où leurs collègues des collèges et lycées sont payés)?
Et puis, si elle avait fait des études, elle ferait autre chose que des ménages et aurait donc une rémunération autre (comparaison est nulle et non avenue).
C'est très méprisant la réponse que vous avez fait à cette anonyme car c'est valable pour vous.
Si vous aviez fait + d'études vous seriez payé comme un professeur de collège ou lycée ou mieux un prof de fac ou de grandes écoles donc....alors gardez vos airs supérieurs cela ne sert à rien nous avons besoin de l'instit tout autant que de la femme de ménage

Anonyme a dit…

la réforme des rythmes scolaires, ça énerve, faut y aller le mercredi matin maintenant, comme des millions de Français.
Je vous plains Mr Grelot, le peu de respect et d'écoute que vous accordez aux personnes qui ont du avoir des difficultés scolaires pour x raisons ( familiales, décès, maladies...), et qui ont des métiers au combien peu payés et difficiles, me fait découvrir votre sens des valeurs humaines;

Vous n'êtes pas instituteur au moins ?
A moins que vous n'ayez la seule classe d'élite du monde ?
L'ENA des maternelles et primaires ?

la grande CLASSE, MR Grelot, chapeau bas !

Anonyme a dit…

bonsoir, quel grand sens de la pédagogie et des valeurs à transmettre à nos enfants anonyme Grelot. Car je suppose que c'est un pseudo ironique pour MMe Nicole Grenet, Nicolas Grelot.
J'irais plus loin pour bien marquer les grand diplomés, des sous diplomés, il vous reste des bonnets d'âne ?

schmilblick a dit…

"(comparaison est nulle et non avenue)." dixit

ben peuchère, moi, avec mon niveau primaire, j'ai rien compris.
Nicolas, si tu pouvais écrire Français adapté aux nuls.

Vous avez raison Nicole, nos enfants en savent de moins en moins mais maintenant on sait pourquoi ?

Et c'est un militaire qui gagne une tringle à rideau ?

L'Amiral Pédalo a dit…

Gardien de la Paix : 1.600 euros pour risquer sa vie

Pompier professionnel : 1.800 euros pour sauver une vie

Médecin : 5.000 euros pour nous maintenir en vie

Sénateur : 19.000 euros pour profiter de la vie

Ministre : 30.000 euros pour nous pourrir la vie !!!...

L'ARA QUI RIT a dit…

dis moi Grelot, tu l'organises quand le prochain diner de con ?

L'Education Nationale vient de marquer des points. BRAVO GRELOT, une belle tête de vainqueur !

Fonctionnaire a dit…

bonsoir,
en peu de mots, le collègue Grelot vient de vous expliquer " la réputation des fonctionnaires" qui avec leurs sentiments de supériorité abattent les citoyens travailleurs, même fonctionnaires, puisqu'il y a des contrat de droit privé ouvrier dans la fonction publique, dame de ménage en contrat CAE,ouvriers d'entretien, agents des espaces verts, etc .....
Je ne vous fais pas un dessin sur l'accueil des contrats d'avenir, jeunes pas ou peu diplomés, avec des idéologies à la Grelot.
Fort heureusement, les Grelot sont minoritaires.

Il faudra expliquer à Grelot, que son salaire, c'est les impôts de la classe ouvriére

Anonyme a dit…

Bien vu sieur Grelot, t'es devenu populaire, a moins que pour toi le mot populaire soit une insulte !