samedi 27 juillet 2013

Twilight par Gérard Gelé

La France a une longue tradition de conflit entre les riches et le pouvoir politique.....


Nous avons d’abord assassiné les Templiers pour nous approprier leur or
 Échec. Leur trésor était dans leur savoir et leur talent de gestionnaire.

Puis, nous avons persécuté les Huguenots. 
Ils sont partis à l’étranger avec leur intelligence, leur courage et leur compétence économique. Ils ont fait la fortune de ceux qui les ont accueillis. ( aujourd’hui, les riches entrepreneurs )

Ensuite, nous avons massacré les nobles pour leur voler leurs biens
Nous n’avons pas su les conserver.

Enfin, les mœurs s’étant adoucies, nous nous sommes contentés de condamner les rentiers et  les fourmis à la spoliation fiscale.

Cette saine habitude se poursuit de nos jours.
Nous avons fait fuir les vrais riches avec l’inutile impôt sur la fortune, tout en protégeant ceux qui n’aiment pas les riches alors qu’ils en font partie.
De ce fait, les portes de notre patrimoine sont grandes ouvertes aux capitaux étrangers. 60/70 % des intérêts de la dette pour nos créanciers 30/40 Milliards !

Il ne reste plus que les classes moyennes. Celles qui se constituent, à force de privations, un capital pour ne pas être à la charge de la société. Classes moyennes elles étaient déjà fortement taxées sur leurs placements au service de la collectivité. 

Ignoble actionnaire qui finance nos entreprises donc nos emplois ! taxé à plus de 40 %
Pourtant, cet argent avait déjà été soumis à l’Impôt sur les revenus.

Si vraiment la compétitivité était l’objectif du crédit d’impôt, il y aurait une solution toute simple : baisser les charges

C’est plus facile à comprendre, plus efficace, et surtout plus juste. Car le vrai problème de ce dispositif n’est même pas sa lourdeur administrative et son inefficacité économique ; c’est le refus latent du droit de propriété qu’il présuppose. Les entrepreneurs ne sont que gérants d’une société qu’ils ont pu fonder,  mais qui pour le parti socialiste appartient en droit à l’État.

Lequel, dans sa grande mansuétude, veut bien accorder un crédit d’impôt de 20 milliards ! après les avoir assommés de 30 milliards d’impôts et de  taxes !

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Parti avec ses mains travailleuses en ouvrant un 200 m2 de vente, il y a 20 ans, et un concept innovant pour l'époque, cette femme agée maintenant, a legué SES MAGASINS forts connus à Pont, qui ont essaimé dans tout le Sud, à son fils.
Probablement des centaines de salariés à ce jour. La réussite, le travail, des nuits blanches, des crédits, merci Madame.
Salariée chez ......

Anonyme a dit…

La macédonie c'est ou par rapport à la Corrèze ? parce que je vois bien l’Égypte et ses tunisiens, la chine et ses japonais mais pas la macédonie avec Aglaé.

http://www.lepoint.fr/politique/a-ljubljana-hollande-invente-la-macedonie-26-07-2013-1708853_20.php

Anonyme a dit…

Contrats aidés, contrats de génération ont en commun de n’être que de la poudre aux yeux qui n’éblouira que quelques naïfs, pour peu de temps. Les emplois ainsi créés, emplois au rabais, emplois précaires, emplois artificiels, ne correspondront pas à une reprise de l’économie, ils ne résulteront pas de la décision saine et spontanée d’employeurs désireux de développer leur activité ; ils ne répondront qu’à des calculs politiques et fiscaux, ils disparaîtront avec les subventions et les dispositifs qui les auront suscités. Bien mieux, payés à la fin du compte par les contribuables, ils alourdiront encore la charge de ceux-ci sans accroître pour autant la richesse nationale. S’ils représentent un progrès, il ne s’agit d’un progrès que dans le mensonge. Ce ne sont plus seulement, à l’ancienne, les statistiques que l’on truque, c’est la réalité.