samedi 15 juin 2013

Rire pour ne pas pleurer par RCS

Il vaut mieux en rire, pour éviter que la colère ne nous fasse pleurer :


Photo Cyril Sollier pour la Provence
 
"Pardon amis marseillais, 
Pardon socialistes phocéens, 
Pardon fédération socialistes des bouches du Rhône, 
Mille fois pardon Parti Socialiste mais nous n'avons pas su le retenir....


Nous avons tout fait pour qu'arrivant des bouches du Rhône il se sente bien. 
Nous lui avons offert de belles festivités avec nos petits deniers  : rien qu'en 2007, un petit Noël à  988 112 €, toujours en 2007 d'autres, hors noël, pour la modique somme de 1 547 869 €.

Malheureusement, alors que les élus UMP étaient victimes alors de surdité passagère, 
alors que les socialistes de la région sortaient d'une léthargie tridécénale,
les Spiripontains lui ont crié des méchantes choses.

Il les a entendues et sans ses 12 apôtres il s'en est allé.... nous laissant à notre pauvre sort ingrat que nous étions..

Si vous le croisez un jour dites lui que comme pour ses ex disciples le pardon l'attend, 
Dites lui que nous saurons nous rappeler ce que les partis politiques n'ont pas fait pour nous 
Dites lui enfin que nous ne laisserons plus jamais la CRC écrire les choses suivantes."


Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon
Rapport d’observations définitives : Commune de Pont-Saint-Esprit (30)


« Les rémunérations cumulées de René Stéfanini pour l’année 2010 s’élèvent aux sommes
mensuelles suivantes :
- Rémunération commune 4 961,01
- Rémunération CCAS 744,07
- Rémunération RCL 1 483,89
-                                      7 188,97
L’évolution du décret de 1936 sur le cumul d’emplois publics et l’absence de recul jurisprudentiel qui s’ensuit rend complexe l’appréciation de la régularité de ce cumul d’emplois.
Le décret de 1936 a posé le principe, au demeurant maintenu, de l’interdiction du cumul d’emplois. L’article 25 de la loi du 13 juillet 1983, en réaffirmant le principe du non cumul, a introduit quelques exceptions mais en l’absence de publication des décrets d’application correspondants, l’article 2 du décret-loi de 1936 a continué à s’appliquer.
Le premier changement est intervenu avec la loi 2007-148 du 2 février 2007 qui assouplit les règles de cumul notamment avec une activité privée en établissant une liste d’activités dites « accessoires ». Le décret d’application 2007-658 du 2 mai 2007 relatif au cumul d’activités des fonctionnaires, des agents non titulaires de droit public, des ouvriers des établissements publics de l’Etat liste en ses articles 2 et 3 les activités accessoires autorisées. Ainsi, en dehors des secteurs classiques qui figuraient dans le décret de 1936, sont désormais autorisés le cumul avec une activité agricole sous certaines conditions, des travaux d’extrême urgence, des travaux ménagers de faible importance chez des particuliers, l’aide à domicile à un proche parent, une activité de conjoint collaborateur. L’article 3 complète cette liste d’activités accessoires par :
_ une activité d’intérêt général exercée auprès d’une personne publique ou auprès d’une personne privée à but non lucratif,
_ une mission d’intérêt public de coopération internationale ou auprès d’organismes d’intérêt général à caractère international ou d’un Etat étranger pour une durée limitée.
Le dispositif de cumul d’emploi à temps non complet a également été assoupli. L’article 17 du décret susvisé précise que les agents à temps non complet peuvent cumuler leur fonction avec une ou plusieurs activités publiques dès lors que la durée du travail résultant de ce cumul ne dépasse pas 100 % d’un emploi à temps complet et 115 % pour la fonction publique territoriale. D’une manière générale, ce cumul est soumis à autorisation.
Le décret n° 2011-82 du 20 janvier 2011 est venu compléter et modifier certaines dispositions du décret de 2007 en permettant aux fonctionnaires et aux agents publics d’être auto entrepreneur. L’article 17 a été par ailleurs supprimé.
Si, aux termes de la réforme de 2007, aucun plafond de rémunération n’est imposé, l’article 9 du décret de 1936 qui prévoyait un plafond égal à deux fois la rémunération n’a pas été abrogé.

Les fonctions de directeur général de la commune sont nécessairement exercées à temps complet et la chambre s’interroge sur un tel cumul d’emplois. De plus, ces activités ne sont pas des missions d’intérêt général pouvant recevoir une qualification d’accessoires.


 

7.6.2.1- Le logement
Plusieurs autres dispositifs législatifs sont venus compléter ou modifier les règles initiales :
notamment les lois du 3 janvier 2001, du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et du
19 février 2007.
L’octroi d’un logement de fonction est donc possible dans les collectivités territoriales soit
par utilité de service soit par nécessité absolue de service, qui implique la gratuité du logement dans ce
dernier cas.
La définition de ces deux dispositifs est précisée par l’article R. 94 du code du domaine de
l’Etat qui énonce qu’il y a nécessité absolue de service lorsque l’agent ne peut normalement accomplir
son service sans être logé dans les bâtiments où il exerce ses fonctions. Cet avantage doit être le seul
moyen d’assurer la continuité du service public et de répondre aux besoins d’urgence liés à l’exercice de
ses fonctions. Par ailleurs, il y a utilité de service lorsque sans être absolument nécessaire à l’exercice de
la fonction, le logement présente un intérêt certain pour la bonne marche du service. L’utilité pour le
service doit être démontrée et motivée par la délibération. L’autorité territoriale procède à l’attribution du logement par un arrêté de concession.
De plus, lorsque le logement de fonction est octroyé pour nécessité absolue de service, le
logement est gratuit pour l’agent, en revanche pour le cas d’utilité de service le paiement d’une
redevance est demandé au fonctionnaire. Il résulte des articles R. 100 et A. 92 du code du domaine de
l’Etat que l’agent territorial logé pour utilité de service ne peut normalement bénéficier d’une redevance
inférieure à 54 % de la valeur locative.
L’avantage d’un logement de fonction est pris en compte dans le calcul de l’impôt sur le
revenu, tout avantage devant être déclaré à l’administration fiscale (article 82 du code général des
impôts). L’article R. 98 du code du domaine de l’Etat énonce que les agents territoriaux logés par simple
utilité de service doivent quant à eux acquitter la totalité des charges liées à l’usage du logement de
fonction. En effet, seules les consommations de « fluides » c'est-à-dire l’eau, l’électricité et le gaz
peuvent, dans le cadre d’une nécessité absolue de service, être dispensées ou tout ou partie par
l’administration si la délibération l’a fixé expressément. En revanche, il n’est pas possible de régler les
frais de téléphone d’un agent logé par nécessité de service, un tel avantage n’existant pas pour les
fonctionnaires d’Etat.
Monsieur Stéfanini était logé par utilité de service aux termes de l’arrêté signé par le maire le
27 décembre 2007, moyennant une participation au loyer et frais accessoires de 600 € annuel. Les frais
accessoires doivent être entendus comme la prise en charge des fluides et du téléphone par la
commune. La commune a pris à bail un logement dont le loyer charges comprises s’élève à 723,33 €
mensuel soit 8 679,96 € annuel, la redevance payée représentant environ 7 % du loyer annuel compte
non tenu de la prise en charge des fluides. Ainsi, le 6 janvier 2008 a été payée à EDF-GDF une facture
de 755,55 € pour le logement en cause, une autre facture du même type d’un montant de 1 391,27 € a
été payée le 25 août 2008. La motivation de la mise à disposition d’un logement pour Monsieur Stéfanini vise
notamment la mise à disposition de l’intéressé auprès du préfet du Gard en tant que référent canicule et
pour la pandémie grippale.
Par arrêté du maire en date du 16 octobre 2003, la redevance annuelle payée par Monsieur
Stéfanini avait été arrêtée à 1 600 €.
Un arrêt du Conseil d’Etat sanctionne les abus dans l’octroi d’un logement de fonction – CE,
30 octobre 1996, commune de Muret et Darrigaud : en l’espèce le conseil municipal a décidé que l’emploi
de secrétaire général de la commune donnait droit à un logement de fonction par utilité de service
moyennant une prise en charge par le secrétaire général de 5 % du montant du loyer et de la totalité des
charge locatives. Le juge a ainsi estimé qu’en application des articles R. 100 et A. 92 du code du
domaine de l’Etat, un agent de l’Etat logé dans les mêmes conditions ne peut être assujetti au paiement
d’une redevance aussi symbolique. De ce fait, en prévoyant un loyer aussi faible pour l’occupation d’un
logement de fonction par utilité de service, le principe de parité a été méconnu.
Ainsi, la redevance payée par le directeur général des services revêt un caractère
symbolique et les conditions de logement de Monsieur Stéfanini peuvent s’assimiler à une nécessité
absolue de service. Or, l’intéressé bénéficie du versement à son profit d’IFTS au taux maximum en
principe interdites pour les agents logés gratuitement.

Mise à disposition d’un véhicule de fonction
Monsieur Stéfanini bénéficie également d’un véhicule de fonction loué 586 € mensuels soit
un montant annuel total de 7 038 €.
L’article 21 de la loi du 28 novembre 1990 relative à la fonction publique territoriale modifiée,
autorise bien l’attribution d’un véhicule pour nécessité absolue de service aux agents occupant l’un des
emplois suivants : emplois fonctionnels d’un département ou d’une région, emploi de directeur général
des services d’une commune de plus 5 000 habitants... Toutefois, l’attribution d’un véhicule est subordonnée à une décision préalable de l’organe délibérant de la collectivité. Si la mise à disposition d’un véhicule de fonction figure dans l’arrêté du maire en date du 20 septembre 2009 mettant à disposition de Monsieur Stéfanini un téléphone portable, une carte d’essence et de péage et un véhicule de fonction, aucune délibération n’a été produite accordant un tel avantage à Monsieur Stéfanini. Tant Monsieur Baumet que Monsieur Stéfanini soutiennent qu’une délibération en ce sens a été prise en 1999, sans pour autant en apporter la preuve matérielle en la communiquant à la chambre.


Abonnement téléphonique du DGS pris en charge par la commune
La ligne du logement de fonction du directeur général des services est prise en charge par la commune depuis le 1er avril 1996. Sur la période examinée qui concerne les années 2007-2008-2009, la commune a pris en charge l’abonnement téléphonique bimensuel du domicile du directeur général des services pour des montants annuels s’élevant respectivement à 548 € TTC, 447,05 € TTC et 555 € TTC.
Le directeur général des services disposait déjà, à partir de 2008, d’un téléphone mobile et d’un « smart phone », également pris en charge par la commune.
L’article R. 98 du code du domaine de l’Etat énonce que les agents territoriaux logés par utilité de service doivent acquitter la totalité des charges liées à l’usage du logement de fonction. Par contre, la prise en charge des frais de téléphone d’un agent logé par nécessité de service n’est pas régulière.
Le principe de parité avec les agents de l’Etat (art. 88 de la loi du 26 janvier 1984) implique que les fonctionnaires territoriaux n’ont pas le droit à un avantage qui n’existe pas pour un fonctionnaire d’Etat ou qui le placerait dans une situation plus avantageuse.

L’absence de déclarations sociales et fiscales
Les avantages en nature, tant en ce qui concerne le logement que le véhicule, les frais d‘essence et de péage dont bénéficient Monsieur Stéfanini ne font l’objet d’aucune déclaration sociale et fiscale. La commune ne peut arguer de son ignorance de la réglementation car elle procède aux déclarations correspondantes pour deux autres agents logés dans les mêmes conditions.

7.4.1- Les différents services
Les services administratifs sont regroupés en 12 directions, dont l’ensemble constitue le « G12 ».
Le directeur général des services, Monsieur René Stéfanini, supervisait tous ces services en étant assisté d’une adjointe.

7.6.3- La charte de gestion

Une « charte de gestion » adoptée lors d’un SÉMINAIRE DE RESSOURCES HUMAINES, organisait en effet ces délégations de gestion.
Elle constitue un cadre de référence à l’intérieur duquel les membres du « G12 » peuvent agir en fonction de leur propre approche managériale.

7.7- La prise en charge des frais de déplacement aux FRAIS RÉELS des membres du « G12 »:

Or Monsieur Stéfanini, qui n’occupe pas un poste aux fonctions itinérantes, dispose d’un ordre de mission permanent pour une durée de 12 mois précisant que l’intéressé sera remboursé suivant les barèmes en vigueur.
En réalité, à PLUSIEURS REPRISES et SANS JUSTIFICATION, Monsieur Stéfanini et d’autres fonctionnaires ont été remboursés aux frais réels.


L’hébergement est également pris en charge aux frais réels pour plusieurs fonctionnaires
appartenant au « G12 », dans des hôtels parisiens relevant de catégories supérieures."












44 commentaires:

l'inspecteur Harry a dit…

Puisqu'il est question de rire dans le titre de votre post RCS; profitons en pour rigoler un grand coup avec les écrits du plus grand fan de notre ancien DGS, j'appelle Louis Esparza:


---------------------------------
"Le maire (R Castillon) nous apprend qu'il a licencié le directeur des service, et mis au placard pour la durée de son préavis.....Pour ma part, J'AVAIS développé ici même le thème: LE DIRECTEUR DES SERVICES (René Stefanini) EST UN FONCTIONNAIRE PARTICULIÈREMENT COMPÉTENT QUI SERVIRA LE NOUVEAU MAIRE AVEC LE MÊME ZELE QU'IL SERVAIT SON PRÉDÉCESSEUR.
Mais cette option n’a pas été retenue, et c’est l’esprit règlement de compte et sanction du bouc-émissaire qui a prévalu.".

Louis Esparza lettre numéro 111 du 23/03/2011

---------------------------------

"le conseiller de la CRC chargé de contrôler les comptes de la commune, accusés de diffamation par le Directeur des services de la mairie, notamment pour avoir écrit qu’il était payé comme un préfet, alors qu’il semble prouvé que son salaire était bien celui qui correspond à sa fonction dans une commune de moins de 10 000 habitants".

Louis Esparza lettre numéro 119 du 11/06/2011

---------------------------------

"Le placard vide : c’est celui que certains croyaient rempli de dossiers explosifs, alors que j’étais pratiquement le seul à dire : « en arrivant à la mairie, inutile d’ouvrir le placard aux cadavres car, s’il était garni, la précédente majorité l’aurait vidé avant de partir ». Et de fait, depuis 5 mois, tous les contrôles possibles et imaginables sont diligentés pour tout passer au peigne fin…mais en vain (Midi Libre du 11-06). Évidemment, il fallait être un peu naïf, pour s’imaginer qu’un vieux briscard comme Baumet, serait assez imprudent pour laisser derrière lui des traces compromettantes…si, toutefois, il y en avait".

Louis ESPARZA lettre numéro 122 du 4/07/2011

---------------------------------

"Enfin, pour ce qui est de Patrice Prat, objectivement, la façon de préparer les dossiers, de les présenter, de mener la réunion, etc., tout montre qu’il est vraiment à la hauteur, et qu’il a incontestablement l’étoffe pour aller plus loin : député…voire ministre".
"on peut considérer Patrice Prat comme l’un des hommes politiques valables du Gard rhodanien…et ils ne sont pas nombreux".

Louis Esparza lettre 114 du 3/05/2011



l'inspecteur Harry a dit…

Et le dernier opus en date de sa déclaration d'amour à René Stefanini:

----------------------------------
Le Père Fouettard écrit à Harlem Désir :dans une lettre en date du 13 juin, adressée au patron du PS (avec assez de personnes en copie pour qu’elle finisse sur Internet), notre bon maire s’indigne de la nomination de René Stéfanini (notre ancien Directeur des services), comme coordinateur du PS pour les municipales à Marseille et Aix, et demande implicitement qu’il soit relevé de cette fonction, en lui taillant un costume qui l’habille pour un moment. Qu’on en juge : « Plusieurs faits m’ont conduit à entamer une procédure disciplinaire à l’encontre de Monsieur Stéfanini. Suite à sa mutation à Marseille Métropole, cette action disciplinaire m’a échappé et je ne suis pas sûr que cette collectivité l’ait poursuivie. J’ai été amené par ailleurs à déposer plusieurs plaintes…L’une d’entre elles pour favoritisme, vise explicitement, entre autres, Monsieur Stéfanini. C’est maintenant à la justice de statuer». Bigre !



Et notre tailleur de costumes en chef de poursuivre : « Je ne suis pas membre du PS mais ai toujours été un sympathisant. A ce titre, j’ai soutenu les candidats locaux et nationaux de façon constante…J’étais sur les listes de soutien à François Mitterrand…Je ne me suis jamais écarté de cette ligne y compris ces derniers temps : différents élus actuels du PS peuvent le confirmer ». A part ça, notre brave et peu rancunier maire peut bien se revendiquer d’être apolitique…



Enfin, toujours à propos de la nomination de Stéfanini comme coordinateur électoral, notre sympathisant socialiste profite de l’occasion pour remonter les bretelles à Harlem Désir lui-même : «…cette nomination est un rude coup à la confiance que je portais au PS…quand on parle de moralisation de la vie politique, il faut harmoniser ses actes avec ses dires : dans ce cas précis on est loin du compte ! ». Après avoir pris ça dans les gencives, le pauvre Harlem va-t-il s’en relever ?

D’autant qu’il n’est pas dit que la justice condamne un fonctionnaire qui peut se prévaloir d’avoir exécuté les ordres…en tout état de cause, pour l’heure, coupable de rien, suspect seulement.

Louis Esparza lettre n° 169 du 14 juin 2013

---------------------------------

Merci à Esparza pour ce très grand moment de franche rigolade.

Walt Disney envisage de tourner le remake de Blanche Neige et les 7 nains.
Le rôle de "Simplet" est déjà trouvé.

le type de l'interview a dit…

je suis très à droite politiquement parlant sur le plan national, mais je reconnais au maire roger castillon un réel courage et une vraie stature politique dans cette affaire; pour écrire une telle lettre de colère à ses amis socialistes et dénoncer cette nomination que je ressens personnellement comme une provocation et un profond mépris de la part des instances socialistes envers les spiripontains.

courage dont est totalement absent à l'opposé, la dernière lettre d'un type dont je ne citerai même pas le nom tellement il m’écœure par ses magouilles et son opportunisme.
sa pitoyable agitation pour tenter d'exister par la médisance permanente, un frustré aigri et jaloux voila comment je le perçois.
un type qui se dit opposant historique, qui se dit de droite, mais qui prend la défense de l'ex dgs socialiste de la ville, avec toutes les casseroles du rapport de la crc, et les plaintes qu'il traine.
il n'y a qu'ici qu'on voit ça.
pour lui même la psychiatrie lourde ne peut plus rien.

DJ Antoine a dit…

rapport CRC 7.4.1- Les différents services
Les services administratifs sont regroupés en 12 directions, dont l’ensemble constitue le « G12 ».
Le directeur général des services, Monsieur René Stéfanini, supervisait tous ces services.

Et "Simplet" il en pense quoi du G12?

DJ Antoine a dit…

9.1.1- Le remboursement d’hôtels et de restaurants

Des remboursements ont été effectués au titre des dépenses engagées dans DES HÔTELS ET DES RESTAURANTS PARISIENS HAUT DE GAMME, sans aucun mandat spécial.
Une facture atteint même un montant de 831,50 € pour une nuitée.

Le fait que Monsieur Baumet justifie ces déplacements et leurs prises en charge par des rendez-vous importants à Paris est sans effet sur l’IRREGULARITE COMMISE.
Ainsi, et à titre d’exemple, le 22 novembre 2007 un déjeuner dans un HÔTEL DE PRESTIGE à PARIS pour un montant de 299 € a eu lieu entre la présidente d’une association et deux agents de direction.

Un autre déjeuner pris en exemple a été organisé le 20 janvier 2008 dans un CÉLÈBRE RESTAURANT PARISIEN par Monsieur Stéfanini avec trois agents de direction et un fournisseur organisateur de spectacles à Pont-Saint-Esprit.
L’addition s’est élevée à 524 €.

Il n’est pas d’usage pour des fonctionnaires d’inviter des fournisseurs, ni d’ailleurs d’être invités par eux pour des raisons déontologiques.

Au fait, dans les plaintes contre les blogs, n'y avait-il pas une qui visait spécifiquement un blog qui avait osé dénoncer sur la place publique, le fait que certaines personnes alors en place à la mairie et certains chefs de service du trop fameux G12, avaient fréquenté des hôtels haut de gamme ? sans parler des voyages à l'étranger.

En moins de 6 mois la plainte avait aboutie l’enquête était bouclée et après passage devant le tribunal correctionnel il s'est avéré que tout ce que ce blog avait écrit et dénoncé était vrai à la virgule près.

On attend de connaitre le sort des plaintes engagés contre certains membres et fonctionnaires de l'ex municipalité, mais apparemment ça avance moins vite.


Anonyme a dit…

Les électeurs ont la mémoire courte et sont versatiles. Regardez dans le lot ou ailleurs, même pris la main dans le sac, pour des questions d’intérêts ou d'affection ou de couleur politique on oublie. Alors plus rien ne peut étonner, pas même la montée des extrêmes.

Anonyme a dit…

Espérons que cela dure et s'amplifie mais il semblerai que le carriérisme ne soit plus en odeur de sainteté, c'est ce qui transpire notamment dans l'article du ML ( http://www.midilibre.fr/2013/06/15/christian-roux-investi-candidat-a-l-investiture,717389.php )

Anonyme a dit…

Il y a un an déjà, juste avant sa fermeture, un blog monté pour expliquer le rapport de la CRC aux Spiripontains annonçait les prémices de cette nomination (post l'appel du 25 juin 2012).

http://pontpourlesnuls.blog.fr/

Un blog fermé depuis un an, mais plus que jamais d'actualité en vue des élections municipales de mars prochain, pour éviter les pertes de mémoires "sélectives" de certains.

Lionel B a dit…

Malheureusement les gens oublient vite. Quand on pense que certains étaient prêt à voter pour Cahuzac !!!

Anonyme a dit…

Une pensée pour Hervé, Vincent, Francis ... qui doivent être super content de voir que la justice et la morale suivent leur cours..

le type de l'interview a dit…


nouveau camouflet ce soir pour le parti socialiste avec l'élimination des le 1er de la législative partielle de villefranche sur lot pour remplacer le siège du sortant l'ex ministre du budget ps cahuzac.

duel ump contre fn au second tour.

en croisant les doigts pour que sur les bouches du rhone en 2014, une telle berezina electorale arrive en pire, aux socialos de la bas vu leur choix de l'arbitre à leur primaire locale.





Anonyme a dit…

Comment des partis politiques peuvent prétendre vouloir changer le quotidien des français en usant d'un tel mépris. J'ai du mal à imaginer qu'ils ne le savaient pas

Anonyme a dit…

Il faut que ce site ré ouvre http://pontpourlesnuls.blog.fr/ il est indispensable pour PSE.

RCS contribuable et PPLN citoyen !!!!

Je vote pour eux !!!

Anonyme a dit…

La pensée du jour : quand je m'indignerai sans cesse, j’aurai commencé ma vieillesse.

Idéfix

ainsi parlait zarathoustra a dit…

@ dj antoine:
après le tube de l'été dernier welcome to saint tropez, le tube de l'été 2013 à pont st esprit:
welcome simplet to montfavet

nicole grenet a dit…

a l'anonyme de 23h16

j'ai dû commencer jeune à être vieille car aussi loin que je me projette dans le temps je suis RÉVOLTÉE
Et ce qui se passe en ce moment ne va pas me calmer

Anonyme de 23h16 a dit…

Madame Grenet, mille excuses si je vous ai heurté, ce n'était pas mes intentions. Merci pour ce que vous faîtes bien au contraire et continuez mais ma remarque concernée une moquerie à l'attention d'un professionnel local de la citation.

ras le bol a dit…

Juste un petit commentaire sur ce scandale made in Marseille.

Une réaction face aux commentaires affligeants et la nullité crasse de nos hommes politiques hier soir et ce matin, dont le 1er d'entre eux, Harlem Désir 1er secrétaire du PS (mais tant d'autres sont concernés) suite à l'élection législative de Villeneuve sur Lot.

Votre front républicain, votre barrage au FN, vos leçons de morale, vos discours sur la démocratie qui est en danger, toutes les conneries que vous déblatérez depuis des années, on n'y croit plus, alors vous en faites des confettis et vous vous les mettez bien profond la ou vous voulez!

Quand on voit cette nomination à Marseille, comment ne voulez vous pas à l'échelle du pays et de la France avec des centaines d'exemples comme ça, que le vote FN ne devienne pas un vote d'adhésion contre le front "ripouxblicain" appellé par Harlem Désir?

Vous donnez l'exemple au peuple de tout ce qu'il ne faut pas faire et après vous demandez aux gens de voter pour vous?
Vous vivez vraiment dans un autre monde totalement déconnecté des réalités et des difficultés de la vie des citoyens normaux.








nicole grenet a dit…

anonyme de 23h16 vous ne m'avez pas heurtée bien au contraire je l'ai pris avec humour c'est dommage que l'on n'arrive pas a faire passer ses sentiments dans nos phrases.
Merci pour votre gentillesse

L'Amiral Pédalo a dit…

Simplet c'est quand mème le type qui n'a strictement jamais rien compris à rien, c'est Forrest Gump version PSE quoi.....

Capable de soutenir l'ex DGS Stefanini ex chef du G12 durant l'ère Baumet, nommé coordinateur de la campagne des primaires PS à Marseille, et en mème temps d'appeller à une union avec le FN pour les prochaines municipales à Pont.

Avec ça les électeurs Spiripontins sont tranquilles.

La cohérence de sa ligne politique restera à tout jamais une énigme, c'est d'une telle puissance que nul ne peut saisir la profondeur de sa pensée.
Vient il d'un monde parallèle? d'une autre dimension?

En tout cas avec ses écrits il pourra toujours tenter de postuler pour inventer les nouvelles blagues Carambar.

Georges 2 a dit…

Certains élus socialistes ne comprennent pas que des militants bavent sur le PS, alors que ces braves militants souhaitent la moralisation de la vie politique: NON CUMUL, RESPONSABILITE DES ELUS,
il faut écrire gros pour qu'ils finissent par comprendre.On se demande où le PS nous emmène.

Lionel B a dit…

Georges, ce n'est pas baver. Il suffit que les partis agissent dans leur intérêt et pas dans celui des français. Si les militants socialistes sont capables de faire ce que les militants de droite ont fait à PSE il y a quelques temps alors tant mieux.

Anonyme a dit…

Georges ce n'est pas baver, mais tant mieux si les militants se sentent démocrate et après socialistes.

Georges 2 a dit…

Les militants socialistes ont très mal vécu les nominations par le PS de Francoz et de Stéfanini, c'est ce qui a provoqué des réactions en leur sein, ce qui parait normal. La démocratie doit passer avant le parti, le terme baver a été prononcé par un élu régional.

Anonyme a dit…

@Georges Si être révolté et le dire c'est baver alors je suis un escargot. Un démocrate sans doute cet élu régional ?

Anonyme a dit…

Cet élu régional il est élu pour les citoyens ou pour le PS ?

Georges 2 a dit…

Je suis d'accord avec vous les "Anonyme". J'ai passé l'àge de me faire des illusions sur les élus régionaux et nationaux.

Antoine a dit…

Je ne connais pas le nom de l'élu régional PS qui a parlé de "baver", mais je serai militant PS à Pont comme dirait ras le bol, ma carte PS je la déchire j'en fait des confettis et je l'envois direct rue Solférino avec quelques mots doux bien sentis exprimant toute la sympathie que j'éprouve désormais des que je vois le sigle à la rose ou le terme PS.
Ce ne sera pas de la bave mais des grélons énormes!!!!!

le type de l'interview a dit…

si les militants socialistes spiripontains sont amers et déçus, que dire des gens de droite qui sont révoltés et scandalisés par cette nomination de l'ex dgs.
l'électorat de droite est vent debout.
esparza n'est pas de droite avec sa dernière lettre ça a le mérite de clarifier les choses en vue de la prochaine municipale c'est un imposteur qui s'est fait démasqué.
on ne peut que lui suggérer de faire liste commune avec les leaders de l'ex majorité municipale, ça lui ira comme un gant, il sera dans son élément.

Anonyme a dit…

tout à fait anonyme "type de l'interview", et que dire des électeurs de gauche comme moi, qui vont l'exprimer en 2014, ce rejet des décisions de nos gouvernants, et cette révolte de cette nomination.
Toujours rien du côté du Sitdom et des CR

http://www.sitdom30.fr/Le-conseil-syndical-et-les-proces

FELICITATIONS Monsieur SUBIRANA pour votre article dans le Cri.
J'aimerai tant que vous fassiez une liste et c'est un appel au secours
Bonne soirée, merci

DJ Antoine a dit…

Les Spiripontains qui souhaitent remercier et féliciter les socialistes Marseillais pour cette nomination peuvent toujours écrire un mail ou un courrier ou passer un coup de fil à la fédé du PS13:

à l'attention de Jean-David CIOT
Premier Secrétaire Fédéral du PS13.

Fédération du Parti socialiste des Bouches-du-Rhône
58, rue Montgrand - 13006 Marseille
Tél . 04 91 54 85 03
Fax : 04 91 54 05 88
fede13 @ parti-socialiste.fr

Horaires d'ouverture : 9h30 à 12h30et 14h30 à 18h30.

Et encore un grand merci au Parti Socialiste des Bouches du Rhone, à Esparza et aux ex Baumetistes sur Pont, nous saurons nous en souvenir quand il faudra glisser un bulletin de vote dans l'urne à l'occasion des diverses élections qui auront lieu en 2014.


Anonyme a dit…

Ce qui est terrible c'est que bien que le fossé entre les politiciens alimentaires ( et les apparatchiks ) et les français est connu depuis longtemps et donc à l'origine notamment de l'abstention, mais maintenant on se rend compte que ce fossé se creuse à l'intérieur même des partis

L'Amiral Pédalo a dit…

Sinon le socialiste Jean Noel Guerini est toujours ce soir président du conseil général des Bouches du Rhone.


Pour l'anecdote il est mis en examen pour:
association de malfaiteurs (avec son frère mais aussi des membres du milieu marseillais), prise illégale d'intérêt, trafic d'influence, corruption passive, détournement de fonds publics et favoritisme.


Vive la république, vive notre démocratie exemplaire et vive la France.

David Vincent a dit…

Il en pense quoi le député PS Patrice Prat de cette nomination de son ancien DGS de la communauté des communes RCL du temps ou il en était le président

Et notre député PS Mr Verdier, une réaction de sa part?

Et les élus encartés ou proches du PS au conseil municipal de Pont c'est quoi leur réaction?

Le seul à avoir réagi négativement et s'ètre indigné de cette nomination est Roger Castillon le maire de PSE qui est divers gauche.

Ou en sont les réactions de nos politiques de droite comme de gauche?

Esparza qui se rélame de droite mais agit complètement à l'inverse, lui plus que jamais défend René Stefanini dans sa dernière lettre, fidèle à sa ligne de conduite de protéger et défendre l'action de l'ex DGS depuis toujours.

Des clarifications sont plus que jamais nécessaires de la part de celles et ceux qui prétendent jouer un role futur dans l'avenir de la ville, tant cette nomination est indécente, une honte, un scandale!

C'est une gifle et un camouflet infligé par les instances du PS envers ceux à Pont qui se sont battus pour libérer PSE en combattant les multiples dérives financières sous l'ère de l'ex municipalité.

DJ Antoine a dit…

De bonnes nouvelles en provenance du Parti Socialiste à Marseille:

Le site internet de la haute autorité est crée, on peut même contacter en direct son responsable.

http://www.parti-socialiste.fr/hauteautoritedesprimaires

CONTACTER LA HAP

René Stéfanini
Secrétaire Général
06.43.69.55.50
r.stefanini@orange.fr

le type de l'interview a dit…

petit retour en arrière, juin 2010.

Harlem Désir et Hayette Boudjema, anciens responsables de SOS Racisme dans les années 80, s’expliquaient hier devant le tribunal correctionnel de Lille sur des rémunérations reçues entre 1988 et 1991 d’une association lilloise, l’Arfem (Association régionale de formation et d’éducation des migrants).

Rémunérations dont la justice doute qu’elles aient jamais correspondu à une véritable activité.

Pas toujours convaincant, Harlem Désir, mis en examen pour recel d’abus de confiance, a tenté de justifier la réalité de son emploi devant un président dubitatif.

«Dans le contexte politique difficile pour SOS Racisme, je ne pouvais pas me permettre d’être salarié de mon association.

J’ai donc fait savoir que j’étais à la recherche d’un emploi qui pouvait me permettre d’être autonome, avec une parfaite liberté d’expression civique et politique.»

C’est ainsi que l’Arfem, qui dépendait largement des subsides du conseil régional socialiste, a proposé un emploi de conseiller à Harlem Désir pour un salaire mensuel de 8 900 F net.

Patrick Declercq, directeur de l’association à l’époque, reconnaît n’avoir jamais rencontré Harlem Désir ni Hayette Boudjema: «J’ai été mis devant le fait accompli. Ce n’est que beaucoup plus tard que j’ai découvert les deux contrats de travail qui avaient été dissimulés dans le bureau du comptable.» Au président qui lui demande s’il n’a jamais jugé utile de rencontrer les responsables de l’association, Harlem Désir répond sans sourciller: «Ma mission n’était que de conseiller le président de l’association, c’était à lui de répercuter mes avis comme bon lui semblait.» Arrière-boutique.

Jean-Claude Provo, l’ancien président de l’Arfem, était également poursuivi. Elu régional au moment des faits, il admet n’avoir «pas voulu ébruiter l’embauche de Harlem Désir. Il ne fallait pas accréditer la thèse que l’Arfem était l’arrière- boutique du Parti socialiste». Il admet que c’est à la demande du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais qu’il a embauché Harlem Désir. Notes de frais. Sa coaccusée, Hayette Boudjema, adopte un profil bas. Aux questions insistantes du président sur ses notes de frais, elle déclare forfait, avant de reconnaître par ailleurs n’avoir jamais déclaré ses rémunérations alors qu’elle percevait simultanément des indemnités Assedic. «Mais j’ai tout remboursé depuis, monsieur le président.»

Le procureur de la République a rappelé au tribunal qu’il ne jugeait«pas ici de la légitimité de l’action de SOS Racisme. L’essentiel aujourd’hui est la gestion de l’argent public et son contrôle. Je maintiens que les contrats des deux accusés ne correspondaient à aucune activité réelle». Et de requérir contre Harlem Désir et Jean-Claude Provo une peine de dix-huit mois de prison avec sursis, assortie d’une amende de 50 000 F chacun, contre Hayette Boudjema dix-huit mois avec sursis et 70 000 F d’amende, et la relaxe pour Patrick Declercq. Le jugement a été mis en délibéré.

L'Amiral Pédalo a dit…

Il est devenu quoi aujourd'hui cet honorable Harlem Désir ?

DJ Antoine a dit…

RAS aujourd'hui à Marseille, la normalité quoi:

Une enquête a été ouverte à la Sûreté départementale de Marseille après un cambriolage dont ont été victimes dans la nuit de vendredi à samedi le député (PS) Patrick Mennucci et sa famille pendant leur sommeil.
C’est à son réveil que la famille, qui dormait à son domicile du 7e arrondissement, a donné l’alerte.

Selon la source proche de l’enquête, la Citroën «C4» de fonction de l’élu a été dérobée. Des cartes bancaires ont aussi disparu, a précisé le député, pour qui il s’agit d’«un vol crapuleux, point.
Un cambriolage comme des dizaines de Marseillais en sont victimes», a-t-il dit.



Anonyme a dit…

Qui conseille ce monsieur ? Parce qu'à l'époque à PSE c'est la piscine qu'il fallait vendre !! http://www.lepoint.fr/politique/mennucci-veut-vendre-le-stade-velodrome-09-07-2013-1702401_20.php

DJ Antoine a dit…

Le ciel s'assombrit pour le PS Marseillais et le responsable de la haute autorité des primaires, le dernier sondage concernant les résultats du 1er tour donne le candidat PS quel qu'il soit à la ramasse et en 3ème position largement devancé par les listes du candidat FN Stephane Ravier et celles du maire actuel UMP Jean Claude Gaudin.

C'est la vraie bonne nouvelle de la journée ça, je m'en vais trinquer c'est l'heure de l'apéro à la déroute socialiste à Marseille



Anonyme a dit…

Six ténors socialistes, sur les dix candidats déclarés, ont remis leurs parrainages pour avoir le droit de s'affronter en octobre aux primaires du PS en vue des élections municipales de 2014 à Marseille, a annoncé jeudi la Haute autorité chargée de l'organisation du scrutin.

Il s'agit sans surprise de l'actuelle ministre déléguée chargée des Personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, Marie-Arlette Carlotti, de la sénatrice-maire de secteur Samia Ghali, du président de la communauté urbaine, Eugène Caselli, des députés Henri Jibrayel et Patrick Mennucci, et du président du groupe d'opposition au conseil municipal, Christophe Masse.

Quatre autres postulants moins connus n'ont pas recueilli les suffrages nécessaires, l'un d'entre eux se ralliant au maire du 1er secteur, Patrick Mennucci, et certains dénonçant un manque de "transparence" du processus.

DJ Antoine a dit…

Des news toutes fraiches en provenance de Marseille ou la primaire socialiste dirigée par qui vous savez, à peine commencée vire au cafouillage avec des éventuelles suspicions de magouilles comme nous l'apprend lepoint.fr site du journal du mème nom ce soir:

"les parrainages de plusieurs candidats posent des problèmes de vérification. "Des noms d'électrices, mariées entre-temps, inscrites sur les listes électorales à leur nom de jeunes filles, des téléphones qui ne répondent pas à cette période de l'année..."


http://www.lepoint.fr/societe/municipales-a-marseille-cafouillage-pour-la-primaire-socialiste-14-07-2013-1704371_23.php

Anonyme a dit…

Des nouvelles de Marseille http://www.lepoint.fr/societe/marseille-mennucci-entendu-par-la-brigade-financiere-pour-prise-illegale-d-interets-03-12-2013-1764494_23.php

Anonyme a dit…

Qui peut nier que notre conseiller municipal d'opposition soit un bon patron?Il rémunérait correctement Mr Stefanini lui offrant même gratuitement voiture et logement.Le tout était payé par les contribuables spiripontains,mais tout travail mérite salaire,surtout avec les bons résultats qu'il obtenait grâce à son excellente gestion.