vendredi 3 mai 2013

Cocorico par Nicole Grenet

Nous sommes premier, ne boudons pas notre plaisir.

Selon le magazine Capital, la France est le pays Européen qui taxe le plus ... le capital

" La charge fiscale pesant sur les Européens ne cesse d'augmenter. En 2011, les impôts et les cotisations sociales prélevés par les 17 États de la zone euro ont représenté 39,5% du Produit intérieur brut de la région. Soit une hausse de 0,5 point par rapport à l'année précédente, selon une étude de la Commission européenne.

La France se situe bien au-dessus de cette moyenne, avec des recettes fiscales représentant 43,9% du PIB (+1,4 point). Seule la Belgique affiche un ratio plus élevé (44,1%). L’hexagone est même le pays de la zone euro qui taxe le plus le capital : à 44,4% en moyenne, contre seulement 12,9% aux Pays-Bas ou 5,5% en Lituanie.
La pression fiscale a encore augmenté depuis, en particulier pour les ménages. En 2013, par exemple, la nouvelle tranche d'imposition à 45%, le gel du barème de l'impôt sur le revenu ou encore l'alignement partiel de la fiscalité du capital sur celle du travail sont venus gonfler la note à régler au fisc.
Et cette tendance ne risque pas de s'inverser dans les années à venir. Dans ses dernières prévisions transmises à la Commission européenne, Bercy a dit s'attendre à ce que le taux de prélèvements obligatoires (soit la somme des impôts et des cotisations sociales) atteigne un pic de 46,5% en 2014, et s'y maintienne jusqu'en 2017."

© Capital.fr 
Allons-nous mettre les moyens en œuvre pour garder cette première place ?

13 commentaires:

Anonyme a dit…

La gauche de la gauche appelle à rompre avec l’austérité. Mais de quelle austérité parle-t-elle ? Les seuls à la subir sont les citoyens qui voient leur pouvoir d’achat maigrir pour financer un Etat dispendieux. Les dépenses publiques ne se réduisent pas, le déficit public pour 2012 a fini à 4,8% du PIB, et celui prévu pour 2013 a déjà été remonté à 3,7%. Loin des engagements du gouvernement à réduire la dette, celle-ci devrait passer au-dessus du seuil alarmant de 94% l’année prochaine. La course à la surenchère fiscale ne peut qu’amplifier les dérapages de nos comptes publics en affaiblissant investisseurs et entrepreneurs, piliers de la croissance.

Anonyme a dit…

Elle va voir ce qu'elle va voir, nous a-ton dit pendant les campagnes !! Et au bout d'un an par manque de courage on lance la gauche de la gauche contre l’Allemagne pour masquer son incompétence...

Anonyme a dit…

C'est sûre cela devient suspect, FH se présente contre l'austérité face à Bruxelle et à Merkel, mais que fait-il en france ? Plus d'impôts, plus de taxes, fiscalisation Hsup ( pas des députés ) fiscalisation intéressement salariés, pas touche aux dépenses de l’état ... Et si on nous prenait pour des C...

Lionel B a dit…

Pendant des années nous avons entendu NS dégrade l'image présidentielle, NS dégrade l'image de la France en Europe, NS dégrade l'image de la France dans le monde, Et bein dis donc quel changement, quelle poids en europe, quelle image dans le monde, l’Élisée est devenue une boite d’événementielle. Des tarés pêteent le boulard, on envoie Valls, des salariés perdent leur boulot on envoie Montebourg, on gére au quotidien sans vision.

Anonyme a dit…

La critique est aisée n'oubliez pas que la crise est européenne voir mondiale. Et vos solutions ? Elles sont ou ?

Anonyme a dit…

bonjour, cher anonyme de 11:54, bien plus que la critique aisée, ce fut l'espoir qui m'a animé aux dernières présidentielles sur 60 engagements. RESULTATS, des impôts, du chômage, des couacs, des scandales financiers, des patrimoines de BOBO, et en 2014, on ne m'y reprendra plus, je vous l'assure.On attend le non cumul de mandat, inéligibilité des élus condamnés, une relance économique en évitant "d'insulter le patronat", l'équité sociale (0 jours de carence pour les fonctionnaires), ..... en voilà des solutions promises. Et si vous consultez autour de vous, la différence se fera en 2014, avec les hyper déçus.
L'excuse de la crise européenne est bien réelle mais trop facile.
Les petits ouvriers, sans nom, avec voix, comme nous, allumons les voyants rouges parce que les solutions, ce sont les élus qui doivent avoir le courage de les mettre en place. Vous n'allez pas me faire croire que le peuple peut se faire entendre ou qu'on veuille l'entendre ? Combien de réferendum pour les changements sociétaux ???
Et pour un peu que des citoyens s'expriment, bingo, tribunal de Nîmes.
Alors mes solutions elles seront dans les urnes dans quelques mois, et le réveil sera douloureux. Les indicateurs Spiripontains ressemblent forts aux indicateurs nationnaux, je dis ça, je dis rien.
Bien à vous et CARPE DIEM.
Une pensée à Mr Vincent Clauzier

nicole grenet a dit…

anonyme de 11h54
taxer les indemnités comme les revenus mettre les fonctionnaires et les privés sur le même plan d'égalité et qu'on cesses de me dire qu'ils ont des salaires moindres car je ne suis jamais arrivé sauf les 5 dernières années où je travaillais 44 h par semaine a avoir le salaire net d' un prof des écoles débutant. Et pourtant le BTS de mon époque n'était pas un petit diplôme.
supprimé les passes- droit et ne conserver que ceux qui aident à l'emploi.
Mais pour cela il ne faut pas faire de politique et ne pas avoir d'intérêts personnels à défendre.
amicalement

Anonyme a dit…

la crise ? ben elle n'est pas pour tout le monde :

http://www.declarations-patrimoine.gouvernement.fr/

ça c'est des patrimoines de travailleurs pauvres, la crise de nerf.
Les solutions, pas sûr que ce soit eux qui les trouvent, pas vraiment concernés par nos problèmes pour les résoudre.

FS a dit…

L'objectif d'un électeur c'est de placer au pouvoir celui qui lui paraît être le plus à même d'apporter des solutions à ses problèmes. L'objectif du politique c'est d'être élu puis réélu. Le mensonge et la manipulation des médias, pardon je voulais dire la communication et la pédagogie ont remplacé les convictions et les programmes. Nos élus quelque soit leur couleur politique ne nous comprennent plus. Pour apporter des solutions il faudrait qu'ils soient sensibilisés à nos problèmes comment pourraient ils l'être lorsque leur histoire et leur vécu n'ont rien de commun aux notre.

Anonyme a dit…

Vous avez raison FS, La règle commune n'est pas la même pour le politique et le simple mortel. Que pouvons nous espérer des suites sur PSE, lorsqu'on apprend qu'un Sénateur pourtant condamné à rembourser ne le fera pas parce que ( je rigole, jaune .. ) insolvable.
( http://www.midilibre.fr/2013/04/27/claude-pradille-ne-paiera-pas-1-56-meur-a-l-office-hlm,687271.php ). Dans un tel contexte la parole d'un politique n'a plus de valeur. Pour exemple comment peut on croire que le patrimoine de Fabius Junior est plus important que celui de son père ?

Anonyme a dit…

Un bel exemple du n'importe quoi les maires ne seront plus décisionnaire sur l'urbanisation de leur cité http://www.midilibre.fr/2013/05/04/des-elus-tres-attaches-a-la-prerogative-du-plu,690388.php

Anonyme a dit…

Peu importe qu’il ait menti ou soit-disant trahi : ces termes n’existent pas en politique puisque le mandat impératif n’est pas légal. En élisant quelqu’un, les électeurs abandonnent tout pouvoir sur la politique du pays au profit de l’élu, lequel a tout à fait légalement le droit de faire ce que bon lui semble, y compris l’exact inverse de ce qu’il a dit en campagne.

Une fois qu’on a compris cela, on a compris que le problème n’est pas la personne, mais les institutions. Comment changer les institutions ? En écrivant une nouvelle constitution.

Comment avoir une constitution qui protège le peuple contre les abus de pouvoir ? En ne nommant pas à l’Assemblée Constituante ceux qui ont intérêt à ligoter le peuple pour leur propre profit, c’est à dire les professionnels de la politique.

Si on ne veut pas de professionnels de la politique dans l’Assemblée Constituante, il ne faut donc pas l’élire. Reste le tirage au sort.

Tirer au sort l’Assemblée Constituante, c’est faire en sorte que le peuple lui-même écrive les règles du jeu.

http://www.le-message.org

Anonyme a dit…

Anonyme de 8:31 vous avez raison, mais comme le dit le maire pour l'agglo il y a le Scot ( http://www.midilibre.fr/2013/05/04/roger-castillon-nous-avons-deja-le-scot,690386.php )
Il faut que Verdier et Prat votent contre s'ils sont attachés à leur terroir et libre de leur voix...