dimanche 14 avril 2013

Remboursez par Gabriel Levy


 le 11 avril 2013


Quel piètre spectacle que celui de l’effeuillage lorsqu’il est fait par des ministres et des parlementaires. 

Au demeurant, personne ne le demandait à ces derniers. Mais attendons la suite. Feront-ils comme « la strip-teaseuse (qui) prouve que si les femmes n'ont jamais rien à se mettre, il leur faut toujours du temps pour l'enlever » ?
D’abord était-il utile de nous imposer ce spectacle dérisoire ? L’administration fiscale ne possède-t-elle pas l’état de « fortune » de nos princes grâce à leur déclaration d’ISF ? Ils ne trichent tout de même pas ! Encore qu’il existe une différence, qu’ils ne paraissent pas avoir perçue, entre l’assiette de cette imposition et le patrimoine réel.
Ah, oui ! Certains sont trop pauvres pour être tenus à cette déclaration. Fichons-leur la paix ou que l’administration fiscale les contrôle si elle a des doutes. Il est vrai, qu’avec le Monde du 11 avril, nous ne manquons pas de nous étonner « des livrets d’épargne parfois maigrichons et des comptes courants bien vides. Pas même d'automobiles dispendieuses ou "autres signes extérieurs de richesse" que leur niveau de revenus leur permettrait pourtant aisément d'acquérir ». Et, si la démonstration de ce quotidien est exacte, elle incite à la poursuite de l’effeuillage. « Un député, par exemple, perçoit un salaire qui est de l'ordre de 7 000 euros par mois, ce qui le place dans le dernier décile – c'est-à-dire que neuf Français sur dix gagnent moins que lui. S'y ajoutent les nombreux frais pris en charges par l'Etat. Selon l'Insee, le patrimoine moyen d'un ménage percevant de tels revenus est supérieur à 500 000 euros » et de citer « M. François Fillon, qui revendique un patrimoine de quelque 750 000 euros, alors que son salaire de premier ministre culminait à plus de 20 000 euros par mois. » Le journal s’étonne ainsi du peu d'argent liquide déclaré par certains élus, de l’absence d’épargne… au moins de précaution, et nous, de l’absence du moindre objet d’art, du moindre bijou (une strip-teaseuse ne conserve pas ses bijoux). Franchement, ce n’était pas la peine de nous imposer ce spectacle pour faire brusquement l’obscurité lors du dénouement.

Si nos princes actuels veulent culpabiliser les riches, ils devraient se souvenir que « pour monter au mât de cocagne, il faut avoir le derrière propre », et que « ce n’est pas la richesse qui est un scandale, mais la pauvreté » (Jacques Attali… à peu près).

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Certains étaient dans l'incantation avec un moi président d'autres dans la divination et la prophétie http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DcYhKYxv5SU

L'Amiral Pédalo a dit…

SOIT certains de nos politiques sont des gros nuls, incapables de gérer correctement leur propre patrimoine en ne se constituant mème pas une épargne de précaution; avec des comptes courants quasi à sec, des véhicules préhistoriques et polluants, des patrimoines dérisoires pour des gens qui gagnent des dizaines de milliers d'euros, qui ont des frais de vie systématiquement remboursés, des voitures de fonction, des chauffeurs ou gratuité des transports, des logements de fonction.

Quand on lit certaines déclarations type "je dépense tout ce que je gagne" (quelle réponse affligeante), j'en passe et des meilleures niveau conneries débitées depuis quelques jours SOIT ils nous prennent pour des débiles profonds, incapables de réfléchir 2 secondes à l'énormité de certaines déclarations de patrimoines.

Indécence, mensonges, ça continue encore et encore, on ne les croit plus, ils peuvent publier ce qu'ils veulent, c'est bidon.
pour la plupart des gens, le ressort de la confiance est définitivement rompu.

La seule chose qui importe c'est le patrimoine de l'élu avant son élection puis le patrimoine une fois qu'il quitte son poste.

Fumisterie et enfumage!








Anonyme a dit…

Mon Amiral, concernant le fait de savoir s'ils nous prennent pour des débiles profonds, je ferai une petite aparté sur le syndrome Louis XIV. Un entourage fort bien décrit dans le film "Ridicule" qui pratique la lèche et le cirage de botte auprès du puissant. Ce dernier évolue donc hors toute contestation et donc "épanoui" dans la conviction qu'il a toujours raison et donc la science infuse. A terme il acquiert la conviction qu'il est plus intelligent que le commun des mortels ou plus précisément que le commun des mortels et plus con que lui. Dans ce postulat, pourquoi ne pas prendre les gens pour ce que l'on pense qu'ils sont ? Cela peut paraître cynique, mais être en charge de la lutte contre la fraude et la pratiquer soit même n'est ce pas cynique ?

L'Amiral Pédalo a dit…

Belle analyse, entièrement partagée, anonyme de 9H49.

La question qui se pose c'est pourquoi ce peuple vif, généreux, doué, fournit-il si souvent le spectacle de ses divisions et de son impuissance?
Ce manque de confiance en nous-mêmes et en nos dirigeants.
Peut-on encore appeler un chat un char?

Une fois qu'on a donné aux citoyens et aux élus une mentalité d'assistés, il ne faut pas s'étonner qu'ils ne veuillent plus rien entreprendre sans assistance.

L'omnipotence de l’État, assumant des fonctions qui vont bien au-delà de sa mission, le sentiment d'infaillibilité qui imprègne hélas l'administration.

la France, s'écroule sous le poids du centralisme politique et administratif.
Le chômage est devenu une hantise. L'insécurité a crû dans des proportions alarmantes.
L'immigration pose d'énormes problèmes.
Le pays est accablé par une dette publique de plus en plus écrasante,
l'État est ruiné.

La décentralisation a progressé, mais elle tend à reproduire, au niveau régional,départemental et maintenant local désormais, le centralisme administratif.
L'État s'est affaibli, et la bureaucratie s'est multipliée.
Le rejet de toutes les réformes nécessaires montre à quel point le mal s'est répandu dans le corps social.
À bout de souffle, mais aveuglément arc-bouté sur lui-même, notre fameux modèle social nous précipite dans des désastres annoncés.
Nous ne sommes même plus maitre de notre propre destin, après avoir confié les clés de la maison aux technocrates Européens qui nous dictent lois et directives.

Une récente étude montre que les jeunes Français ne rêvent que d'une chose, devenir fonctionnaires pour les uns ou s'expatrier à l'étranger pour les autres.

La messe semble dite.

Anonyme a dit…

et puis pendant que l'on parle du patrimoine, on ne parle pas du cumul de mandats, des élus qui ont été condamnés par la justice, des dépenses publiques.
Malgrés tout cela permet de s'interresser au patrimoine de ceux qui hurlent contre les "riches", en disant comprendre les plus pauvres, et les citoyens SMICARDS en difficultés comme moi

"Son patrimoine est évalué en février 2012 à 760 000 € - dont 720 000 € de biens immobiliers.
Ses seuls revenus nets mensuels sont ses indemnités de député européen, de 6 200 €"

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Luc_M%C3%A9lenchon#Revenus_et_patrimoine

Lionel B a dit…

Amiral et Anonyme de 10:06 nous sommes dans un cul de sac de notre démocratie parce que les élus sont des élus issu d'une caste qui s'organise pour la prochaine alternance avec la caste adverse.
Elle n'accepte pas la critique et si un citoyen ou une association s'interrogent ils prennent un procès ou une menace de procès. La contestation n'existe plus médiatiquement donc n’existe plus ( voir la différence entre les images pourtant visible de tous et 300 000 manifestant annoncés par la police ).
De temps en temps un trublion force la sortie d'une info ( médiapart et Cahuzac ) mais le reste du temps on s'arrange du silence. Il suffit de se rappeler les irlandais de vincennes, le rainbow Warrior, Edern halier,Mazarine, le cancer de la prostate.. Maintenant combien de média ont dit " on savait" pourquoi n'ont ils rien dit ? Ils ne sont pas journalistes alors. Des romanciers à peine.

ainsi parlait zarathoustra a dit…

Excellente réflexion Lionel B, il y aurait tant à rajouter sur les journalistes cireurs de pompe, la liberté d'expression des citoyens mise sous l'éteignoir quand la moindre critique vaut crime de lèse majesté et procès.

Cette caste qui nous dirige il faut la briser au fond des urnes, face au clientélisme et à l'assistanat, il faut plus que jamais informer et débattre.

Anonyme a dit…

http://www.lepoint.fr/politique/le-patrimoine-de-francois-hollande-est-deja-public-15-04-2013-1655238_20.php