samedi 9 février 2013

Un internaute souhaite avoir votre avis par RCS

Je me permet en tant que simple citoyen-contribuable d’attirer votre attention sur le projet Moscovici de scission des banques qui pourrait avoir un impact non négligeable sur la fiscalité future.

Même si l’Etat semble dorénavant admettre que les actionnaires d’une banque en faillite et ses créanciers pourraient être mis à contribution, il reste admis que seul le budget de l’Etat est capable de sauver une banque en difficulté et d’assurer la garantie des dépôts.


Des voix s’élèvent pour affirmer que cette loi ne répondra pas au problème de risque systémique et structurel posé par les banques aujourd’hui. Les quelques liens ci-après dirigent vers des documents et organisations qui expliquent cette insuffisance prévisible du projet de loi :

-          L’ONG Finance Watch : http://www.finance-watch.org/ ;
-          L’association Diacrisis : http://www.les-crises.fr/tag/diacrisis/ qui a publié un verbatim de 130 personnalités favorables à une séparation bancaire : http://www.les-crises.fr/130-personnalites-scission/ ;
-          L’économiste Gaël Giraud, qui a publié sur le site d’Alain Grandjean une série d’articles sur le sujet http://alaingrandjean.fr/ ;

Si, comme moi, vous partagez l’opinion que la défense du contribuable passe aussi par la vigilance sur tous les aspects des dépenses financées par la puissance publique, même si aujourd’hui ce ne sont que des risques et que seules des garanties implicites sont données, je pense que vous pouvez :

-          Informez vos membres du projet de loi et de ses implications ;
-          Les inviter à se faire une opinion en consultant la documentation des opposants à cette loi ;
-          Les inviter à signer les diverses pétitions sur le sujet : http://www.monadversairecestlafinance.fr/ et http://www.avaaz.org/fr/petition/Banques_Nous_ne_paierons_plus_pour_vos_pertes/?tzzhUcb, ou encore à écrire à leurs députés ;
-          Les inviter à alerter leur entourage pour que soit le plus largement connue ce projet de loi, sa réelle portée et les moyens d’agir pour que soit apportées de réelles solutions à ce problème.

Par  Rémy Mahoudeaux

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Et pourquoi pas regarder dans son jardin d’abord ?

Anonyme a dit…

C'est plein de bon sentiment mais
C’est l’une des promesses de campagne : maîtriser la financer en séparant banques de crédit et banques de marché. Or le projet de loi actuel du gouvernement ne change quasiment rien : les banques pourront continuer à prendre tous les risques sur les marchés, avec la garantie de l’Etat. Si elles gagnent, les traders s’enrichissent. Si elles perdent, ce sont les contribuables qui trinquent. Non seulement c'est injuste de payer pour leurs pertes, mais en plus ça signifie moins de budget pour les services publics! Est-ce notre rôle d’éponger les pertes au casino ?

rappelez-vous il a aussi dit « à l’avenir, les hauts fonctionnaires seront nommés sur leurs compétences et la seule
loyauté qui leur sera réclamée sera celle à l’égard de l’État et non du chef de l’État. »
(Dijon, le 3 mars 2012).
· Il avait ajouté aussi par exemple « Moi, président de la République, je n’aurai pas la
prétention de nommer les présidents des chaînes publiques, je laisserai ça à des instances
indépendantes » (2 mai 2012). or Plus d’1/4 des préfets, plus d’1/3 des recteurs d’académie, plus de 15% des consuls et
près de 20% des ambassadeurs ont été changés sans parlé des personnalités CSA, instituts,...

Alors ...