samedi 5 janvier 2013

Rend l'oseille Torreton par André Lacroix

« Rend l’oseille Torreton! » Un emploi fantôme à la mairie de Paris, ça craint un peu pour critiquer Depardieu
 
 
  Classé dans: France,Présidence Hollande,Société

Philippe Torreton critique violemment la décision de Depardieu de s’exiler fiscalement en Belgique, alors qu’il bénéficie d’un emploi fantôme – grassement payé – à la mairie de Paris.
Philippe Torreton se fend d’un coup de morale contre Depardieu, et devinez quoi, le moralisateur encaisse chaque mois un gros salaire de la mairie de Paris … pour un emploi qu’il n’assure pas.
4 807,62 € bruts par mois pour une chaise vide depuis 2010
Le 29 mai 2010, Le Monde (1) dénonçait l’acteur Philippe Torreton, élu au conseil de Paris du 9e sur une liste socialiste, qu’il accuse d’être un « champion de la chaise vide », avec 23 absences sur 44 séances du conseil à mi-mandat.
Le seul petit problème, soulève dailyneuvième (2) c’est qu’un élu au Conseil de Paris touche 4 807,62 € bruts par mois, et que la dernière apparition de Torreton remonte au 9 février… 2010 !
Rend l’oseille Torreton ! Montre que ce n’est pas tout pour ta gueule !

11 commentaires:

Amiral Pédalo a dit…

"Quand on attaque Depardieu il faut un filmographie solide".
"Ceux qui jugent Depardieu, surtout s'ils sont acteurs, ils devraient juger aussi leur filmographie".

C'est qui Torreton?


Anonyme a dit…


Attention, il ne faut pas confondre mandat et emploi ! Monsieur Torreton n'était pas salarié de la Mairie de Paris mais conseiller municipal.

De plus, pour information, Torreton a démissionné de son mandat en novembre 2010.


Source
http://lci.tf1.fr/politique/philippe-torreton-demissionne-de-son-mandat-d-elu-ps-de-paris-6154324.html

FS a dit…

Même si je n’apprécie par la fuite à l'étranger des symboles et des richesses je comprends la démarche de Gérard Depardieu.

Le message que j'entends est le suivant : " Oui j'ai bénéficié du système Français mais qu'en ai-je fait en terme d'emploi, en terme d'image,en terme de richesse... Vous politiciens au sommet de l'état vous avez bénéficié et vous vivez encore de l'argent des Français, qu'avez_vous fait en terme d'emploi, en terme d'image, en terme de richesse au travers de votre carrière de conseiller, d'assistant, d'attachés, de directeur de cabinet, de président de commission, de vice président, de députés, de sénateurs, de ministre... ? Entre Dépenses et recettes je sais de quelle coté de la balance je me trouve et vous ? "

Anonyme a dit…

Anonyme de 10:37 qu'il s'agisse d"emploi ou de mandat le payeur était le même : le contribuable et pour sa démission en novembre 2010 la médiatisation n'y a peut être pas été pour rien.

Anonyme a dit…

Alors qu'on demande à tous les élus, députés, sénateurs, conseillers généraux ou régionaux d'en faire de même : à partir de 25 % de taux d'absenteisme, qu'ils soient démissionnés d'office !

Bis répétita a dit…

Pourquoi la presse en a si peu ou pas parlé ? Pourquoi dans un cas on récompense et dans l'autre on traite de minable ?

http://24heuresactu.com/2013/01/03/de-depardieu-a-tsonga-mais-que-fait-ayrault/

RCS cette différence de traitement ne vous rappelle pas quelque chose ?

Anonyme a dit…

combien de ministres ayant créé 80 emplois, comme MONSIEUR DEPARDIEU ? combien de ministres ayant créé 1 entreprise avec des salariés ? combien d'élus locaux, départementaux et régionnaux ont créé des emplois, avec leurs deniers propres bien sûr ?
LA FRANCE est un pays libre, a ce qu'il parait ?

"Mais au-delà des exils fiscaux qui ont fait grand bruit, il y a un autre phénomène non abordé qui est bien plus inquiétant, la fuite massive des jeunes diplômés et d'entrepreneurs :
Ils sont des milliers à tenter leur chance en Angleterre, aux US, en Australie, et dans beaucoup d’autres pays.
La stigmatisation des entreprises, le fait de montrer du doigt ceux qui réussissent, qu’il est louche ou mal vu de réussir, …. Autant de raisons qui finissent pas dégouter les plus entreprenants et qui préfèrent s’exiler dans des pays où le goût de l’effort et la réussite sont encouragés.
L’affaire des pigeons a été à ce titre édifiante. Sur 10 start up qui se créent, une seule va encore exister au bout de 5 ans. Ceux qui ont pris ces risques et qui ont la passion de la création, du développement ont perdu une grande partie de leur patrimoine et si ceux qui réussissent vendent un jour, c’est pour repartir dans une nouvelle aventure de développement, de risques, opération qui rapporte aussi à la société.
Les dispositions fiscales ont une fois de plus envoyé à leur encontre un très mauvais signal dans ce secteur porteur : les risques vous les gardez pour vous, tant pis pour ceux qui perdent, par contre on attend au coin du bois la start up qui réussit, on la taxe au maximum, gagner autant n’est pas moral ! (ce qui va la limiter dans son réinvestissement),

Les autres contraintes sont bien sûr la pesanteur administrative, la lourdeur des textes, l’inertie face au besoin de réactivité. Le code du travail fait plus de 3000 pages, dont 140 rien que pour les coiffeurs, ça résume la démarche administrative déconnectée de tout réalisme vis-à-vis du monde du travail et de toute prise en compte de la difficulté et des coûts à appliquer ces tonnes de textes (faites un tour sur le site legifrance et vous allez voir l’ampleur du problème ! le musée de la paperasse incompréhensible et inapplicable).
Le diagnostic est clair : il y a beaucoup trop d’effectifs à avoir comme mission de compliquer les textes à l’infini et pour l’autre très bonne raison, c’est que s’ils n’apportent plus d’ajouts, de cas particuliers, ils n’ont plus de quoi s’occuper ! La Suéde a très bien compris le problème, ils ont supprimé les services administratifs et fonctionnaires, ils travaillent avec des traitants. Quand un texte est simple et efficace, on ne paye plus sur ce sujet, on passe à autre chose.

http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/fiscalite/221162225/exil-depardieu-phenomenes-fond-bien-p?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

bien sûr que mes potes diplômés sont partis à l'étranger !

Anonyme a dit…

Et encore de la désinformation ! Eh oui, Monsieur Torreton n'était peut être pas un élu assidu (et celà reste critiquable), mais il a effectivement démissionné en février 2010. Et n'oubliez pas les donneurs de leçons, fonction élective ne veut pas dire emploi... C'est juste une précision. Quand on donne des leçons, mieux vaut savoir de quoi on parle !

Anonyme a dit…

Anonyme de 10:37 effectivement il y a une grande différence en tant qu'élu il est payé par les contribuables alors que s'il s'agissait d'un emploi il....

Anonyme a dit…

Vous avez raison anonyme de 16 h 04

Définition de l'emploi

Etymologie : du latin impliquare, enlacer, impliquer, engager.

Au sens premier : l'emploi est l'usage que l’on fait d’une chose, la façon de l'utiliser.

Au théâtre ou au cinéma, l'emploi désigne un ensemble de rôles de même genre (ex : rôle de jeune premier, de faire-valoir, truand patibulaire....). C'est le sens de l'expression "avoir le physique de l'emploi".

En comptabilité, l'emploi est le fait d'affecter des ressources à une utilisation donnée.

Dans le langage courant, un emploi est une activité professionnelle, un travail qui reçoit, en contrepartie, une rémunération. Une activité de bénévolat ne peut donc être considérée comme un emploi.

Anonyme a dit…

Fortement raison anonyme de 16.04, la langue Française, contrairement à la France est riche....... de mots
Mon premier est élu
Mon second est fonctionnaire
Mon troisième est fonctionnaire-élu
Mon tout est payé avec l'argent des CONTRIBUABLES

Pour conclure,à mon avis, Depardieu a été matraqué pour son idéologie politique, ça ne vous rappelle rien RCS ?????????