lundi 17 septembre 2012

Un rapport de l’IGF dénonce les gâchis de l’administration par Nicole GRENET

Un rapport de l’IGF dénonce les gâchis de l’administration et tout le monde s’en fout.
L' IGF vient de dénoncer le coût démentiel et les effectifs pléthoriques d’une quantité innombrable d’agences de l’Etat à l’efficacité plus que douteuse, révèle Le Parisien ce matin 

Le Parisien : " EPA, Epic, GIP, AAI…Ces sigles ne vous disent rien ? Normal, ils désignent les innombrables statuts — établissements publics, groupement d’intérêt public, haute autorité — des centaines d’agences de l’Etat.
 Combien sont-elles et à quoi servent-elles ?

Dans un rapport confidentiel que le Parisien a consulté, l’inspection générale des finances (IGF) a apporté une réponse aussi accablante qu’inutile : « Il n’existe pas de recensement exhaustif » de cette myriade d’agences nationales « créées de façon ponctuelle sans cohérence d’ensemble ».

Une foule d’organismes aux compétences floues, aux missions mal définies qui coûtent chaque année 50 MILLIARDS D’EUROS, vous lisez bien mais je répète, 50 milliards d’euros, et emploient 450.000 personnes, explique le rapport, alors que des sacrifices toujours plus importants sont imposés aux contribuables par « solidarité » nationale, et que le mot austérité est devenu un mot aussi sale que raciste ou fasciste.

Le rapport explique que l’on pourrait, sans rien changer, supprimer immédiatement 1244 de ces agences inutiles, et « économiser » 60.000 emplois.

L’IGF s’imagine t-elle que les puissants syndicats de fonctionnaires laisseraient faire les bras croisés ?
S’il prenait l’idée à un politique courageux (hypothèse fantaisiste) de s’aventurer dans cette voie, et d’affronter un front de gauche hostile à tout licenciement ou reclassement, il finirait, après des jours de blocages, de grèves et de désinformation dans les médias, à accepter de réduire le nombre de licenciements des 9/10e alors que la bonne gestion de l’Etat voudrait au contraire que le chiffre de 60.000 soit doublé.

Le rapport propose aussi de faire le ménage sans plus attendre. « De nouvelles contraintes pourraient s’avérer indispensables dans un contexte difficile pour les finances publiques », écrit sobrement l’IGF. Et elle suggère de piocher 2 Milliards d’euros dans les trésoreries excédentaires des agences pour alléger la dette de l’Etat.
La encore, l’IGF se met le doigt dans l’œil si elle s’imagine que des hauts fonctionnaires de l’Etat oseront affronter leurs pairs et réclamer le rapatriement d’excédents de trésorerie qui dorment.
L’IGF ne peut ignorer que le Sénat possède un trésor de guerre de 1.3 Milliards d’euros qui dorment, dont France Soir a révélé l’existence en novembre 2011 , dont aucun membre du gouvernement passé et actuel n’a osé demandé la restitution.

Le Parisien pose tout de même la bonne question: « reste à savoir si les pouvoirs publics oseront s’attaquer à ce mal français qu’est la prolifération administrative ».

Le rapport a été commandé en août 2011 par Matignon, qui l’a remis en mars 2012, juste avant les élections. Donc François Fillon l’a enterré, n’ayant pas devant lui le temps de prendre la moindre mesure, si toutefois telle était son intention. Notons par conséquent que le coût même de ce rapport vient s’ajouter à la liste des milliards de gaspillage que le rapport dénonce.

Le gouvernement Ayrault cherche 10 milliards d’économies. Le rapport de l’IGF et mon article viennent de lui trouver 3.3 milliards de trésorerie qui dorment.

 Mais il me semble que rien ne sera fait pour réduire ce gaspillage de 50 milliards d’euros découvert par l’IGF, d’une part parce que le gouvernement n’est pas constitué d’hommes et de femmes assez couillus pour s’attaquer aux sujets difficiles, et d’autre part parce qu’ils sont plus intéressés à soigner leur image, leurs bons mots devant les médias, leur résultats dans les sondages et leur plan de carrière. Je pense aussi que la solidarité entre hauts fonctionnaires qui ont fait leurs études dans les mêmes grandes écoles prime sur l’intérêt de la nation.

Enfin, il est très facile, en France, d’augmenter la pression fiscale, directe ou indirecte, déjà parmi les plus élevées au monde, tout simplement parce que les Français, pays qui cumule le plus grand nombre de jours de grève des pays européens, ne sont jamais descendus dans la rue pour se plaindre des augmentations d’impôts. Ils partent moins loin et moins souvent en vacances, dépensent moins pour se nourrir, s’habiller, se divertir et se cultiver, et ils continuent, peuple corvéable à souhait, à courber le dos pendant que l’IGS, mais aussi la cour des comptes, produisent des scandaleux rapports qui terminent dans un tiroir.

Peuple de France, réveille-toi scrogneugneu ! L’euphorie d’après guerre est passée, les années folles se sont terminées avec le 20e siècle. La bulle internet a explosé, et les pays occidentaux s’enrichissent tous et sont au travail pendant que vous vous enfoncez.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg

Sources :
Le Parisien - France Soir - IGF


14 commentaires:

Anonyme a dit…

Effectivement pour des raisons de popularité le gouvernement osera-t-il ?

Anonyme a dit…

Ce que l'on peut craindre c'est un remède pire que le mal en consultant les "agences" on constate que fasse à un problème dont on connait la solution mais que l'on ne veut pas l'appliquer on retarde l'échéance et pour cela on créé une agence ou un observatoire. Le temps passe pour l'opinion publique est rassuré et bien des années plus tard l'IGF fait un rapport. Espérons que ce gouvernement ne créera pas une agence pour l'étude de l'utilité des agences ...

Anonyme a dit…

Bien sûr qu'il osera, c'est une présidence NORMALE, qui va prendre des décisions NORMALES car le changement c'est MAINTENANT ?????
Merci MME GRENET

Anonyme a dit…

tout à fait Nicole, il est demandé des efforts financiers constants aux citoyens et pour mémoire les ENGAGEMENTS de notre président et ses 60 PROPOSITIONS avant élection :
" JE VEUX UNE REPUBLIQUE EXEMPLAIRE "
" JE VEUX QUE LA PROCHAINE PRESIDENCE SOIT CELLE DE L’IMPARTIALITÉ DE L'ETAT, DE L'INTEGRITE DES ELUS ET DU RESPECT DES CONTRE POUVOIRS"
" JE PORTERAI LA DUREE D'INEGIBILITE DES ELUS CONDAMNES POUR FAIT DE CORRUPTION à 10 ANS"
Source :http://www.parti-socialiste.fr/dossier/le-projet-de-francois-hollande

Le CHANGEMENT, c'est pour QUAND ?????????????

Anonyme a dit…

En regardant le rapport il est clair qu'il y a des doublons, mais est ce une spécificité française ? lorsque l'on parle de mutualisation c'est pour optimiser les coûts ! Non !
Entre les inter commune alités, les communautés d'agglos, département, les régions... Ce à quoi nous assistons c'est surtout une optimisation des emplois du temps un vrai don d'ubiquité se développe en France. Quand un ouvrier après ses 7 heures de travail ( plus d'heure sup c'est pas bien il faut partager )rentre chez lui fatigué ( tant mieux parce qu'avec les impôts il n'a pas renouvelé son abonnement au club de sport )d'autres réussissent dans le même laps de temps à assumer des rôles d'élus, de vice président, de conseiller, de président, membre de commission de députés de sénateurs ( parce que la il faut pas partager ).. Soit l'ouvrier français est fragile, soit le dopage n'est pas que sur le tour de France ou autre hypothèse parmi tant d'autre : on se fout de nous

Anonyme a dit…

Je crois que vous vous trompez sur le statut des personnes employées par ces "agences". Il ne s'agit pas de fonctionnaires. Donc rien à craindre du côté des "puissants syndicats de fonctionnaires". Mais plus souvent de chargés de missions où de directeurs dont les salaires ne sont pas encadrés et dépassent souvent largement ceux des emplois publics. Raison de plus pour contrôler ce qui se fait dans ces établissements et à quel prix...

RCS a dit…

Une agence publique est un démembrement de l'État (une entité publique autonome) chargée de la réalisation d'une mission d'intérêt général. Le terme agence publique peut désigner une multitude de statuts publics, privés ou mixtes.

Bien que les missions des agences puissent être les mêmes que celles des administrations, leurs statuts et leurs missions sont différentes. Ainsi une agence publique bénéficie d'une autonomie de gestion vis-à-vis de sa tutelle et d'une spécialisation de ses missions. En général, les agences publiques emploient du personnel de droit commun.

D'un point de vue de l'organisation, l'administration classique mise sur l'intégration (mutualisation des moyens) lorsque l'agence publique mise sur la spécialisation.

En France, il existe déjà de nombreuses agences publiques (ou assimilés) chargées de diverses missions. Il existe plusieurs statuts différents :

les agences ;
les établissements publics administratifs (EPA) ;
les établissements publics commerciaux (EPIC) ;
les groupements d’intérêt public (GIP).

Sources http://fr.wikipedia.org/wiki/Agence_publique#France

nicole grenet a dit…

eureka nous avons une première réponse: plutôt que d'en supprimer une on va en créer une autre.
un conseil indépendant du pouvoir politique présidé par le président de la cour des comptes qui était déjà...indépendant du pouvoir politique
Hollande annonce la création d'un Haut Conseil des finances publiques

Par AFP, publié le 07/09/2012 à 12:29, mis à jour à 12:43

PARIS - Le président François Hollande a déclaré vendredi qu'un Haut Conseil des finances publiques serait créé, auprès de la Cour des comptes, pour "assurer le suivi" de la politique budgétaire du gouvernement.
Hollande annonce la création d'un Haut Conseil des finances publiques

François Hollande (centre), le 7 septembre 2012 à la Cour des comptes, à Paris

afp.com/Pierre Verdy

Cette "autorité incontestable" est prévue par le traité européen de discipline budgétaire, "qui sera soumis au Parlement dans les prochains jours" pour ratification, a rappelé le chef de l'Etat devant la Cour des comptes.

Il fera partie d'un projet de loi organique, attendu en octobre devant le Parlement, sur la "règle d'or" de retour à l'équilibre budgétaire, également prévue par le traité européen.

"Le projet de loi institue un Haut Conseil des finances publiques, c'est-à-dire une autorité incontestable, chargé d'assurer le suivi et l'application de ces règles budgétaires", a expliqué François Hollande.

"Ce Haut Conseil sera placé auprès de la Cour des comptes, il sera présidé par le premier président" de cette juridiction financière, actuellement l'ancien député socialiste Didier Migaud, et "comprendra quatre magistrats de la Cour et quatre personnalités qualifiées nommées par le Parlement", a détaillé le chef de l'Etat.

"Sa mission sera double. D'une part vérifier les hypothèses sur lesquelles se fondent les lois de finances", notamment sur la croissance, a-t-il dit. Selon lui, "trop de gouvernements se sont souvent, par le passé, laissés guider par des prévisions exagérément optimistes et le plus souvent démenties".

D'autre part, cette nouvelle instance "se prononcera sur le respect de l'objectif énoncé dans les lois de programmation des finances publiques", a-t-il ajouté.

"Ce Haut Conseil sera, pour la République, une garantie de crédibilité, d'indépendance et de transparence", a insisté le président Hollande.

Dans son discours, à l'occasion de l'installation du nouveau procureur général près la Cour des comptes Gilles Johanet, Didier Migaud a estimé pour sa part qu'adosser ce "comité budgétaire" à sa juridiction ne pouvait "qu'être perçu, en France et au plan communautaire, comme la meilleure façon de transposer le nouveau cadre européen".

"Cela suppose, naturellement, que cette entité nouvelle dispose des prérogatives et des moyens nécessaires pour assumer pleinement et effectivement les missions qui sont les siennes", a-t-il toutefois prévenu.

Anonyme a dit…

Cela ne changera pas le fond du problème ! Rapport après rapport toujours le même constat la cour des comptes " épingles ", la cour des comptes " dénonce ", la cour des comptes " alerte ", la cour des comptes " préconise " et et et la caravane passe, les gouvernements se succèdent, les opposants sont à fond derrière la cour des comptes et le jour ou ils sont au pouvoir ils " nuancent ". Regardez dans notre petite ville n'y a-t-il pas eut un changement d'approche entre avant et après les élections ? A cela vous rajoutez le fait que naturellement l'humain est plus complaisant à l'égard de ses proches et la vous risquez la sclérose.

Anonyme a dit…

Sinon Nicole, pour faire des économie et donc diminuer nos impôts, il y a cette solution :

MIDI LIBRE DU JOUR : LE COURRIER page 12
"AMBASSADES
La représentativité de notre région est assurée à l'étranger, par nos ambassades: Bruxelles, Londres, New York, Shanghaî. Cout de FONCTIONNEMENT : 3,5 M d'euros annuels. Moins de 5 visiteurs quotidiens. Qu'à cela ne tienne, une prochaine est prévue au Brésil. Aucune étude sérieuse antérieure d'impact touristique ou économique n'a été réalisé. 96 invités sont partis à Casablanca pour l'inauguration de la dernière ambassade pour un cout de 750000 euros. Peut-être ont-ils fait la promotion du vin SUD DE FRANCE en pays Musulman ! Quand nos élus vont-ils arrêter cette outrancière frénésie dépensière et ridiculement inutile ?
S. Fromentalle"

Continuez de contribuer CONTRIBUABLES SPIRIPONTAINS

nicole grenet a dit…

heureusement qu'internet nous donne accès aux journaux de tous bords il est ainsi d'avoir des informations diverses.

Fabius fait installer près de son bureau des toiles de maîtres empruntées au Musée d’Orsay : coût 85.000 €
19 septembre 2012 | Classé dans: France,Présidence Hollande | Posté par: Jean-Patrick Grumberg


Fabius, vous vous foutez de la gueule du monde !

Les Français sont pressurés de nouveaux impôts pour faire baisser la dette de l’Etat, et vous, égoïste et profiteur, ne pensez qu’à jouir sur le dos de la bête.

Le Canard Enchaîné révèle ce matin que Laurent Fabius a fait exposer près de son bureau des toiles impressionnistes qu’il a demandé au Musée d’Orsay de lui prêter. La note est salée : 85.000 euros.

Laurent Fabius, dit le Canard, a prétexté une exposition de toiles impressionnistes organisée dans son ministère, pour dépenser sans compter : 40.000 € pour la fabrication des cimaises, les services d’un architecte-scénographe, et la sécurité/ assurance des toiles (dont un Boldini et des Renoir : quand il y a de la gêne il n’y a pas de plaisir); 10.000 € d’installation, 5.000 € pour réaliser un livret destiné aux visiteurs, et les frais divers.

Les toiles sont exposées jusqu’au 31 décembre (alors que le public n’y a eu droit que pendant les 2 jours du patrimoine) dans les salons attenant au bureau du ministre, dit le Canard Enchaîné, en rappelant que Laurent Fabius, dont les parents possédaient une galerie d’art à coté du Musée Jacquemart André à Paris, est un grand amateur d’art.

Faites les comptes : 2 jours pour le public pendant les journées du patrimoine pour 85.000 €, qu’est ce qu’il aime le petit peuple avec l’argent des autres, Laurent Fabius.

« Moi président, je veux une république irréprochable »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg

Anonyme a dit…

Surtout que depuis 2010 une campagne de construction de 120 ambassades Europe a été lancé.
Cela ne fait pas doublon ? On continu le millefeuille ! Et demain un impôts européen !!!

Anonyme a dit…

SUD DE FRANCE ? SUD DE FRANCE ? ha ben oui ! aussi dans le Midi Libre du jour :

"Quand Verdier lâche .....et reprend
Le député PS gardois Fabrice Verdier, tout en restant maire de sa petite commune de Fons-sur Lussan a bien lâché la vice-présidence de la région. Mais il est devenu depuis cet été président de SUD DE FRANCE, satellite du conseil Régional, alors qu'il n'en était jusqu'à présent "que" vice-président. "je ne vais pas le nier. J'assume." et l'élu d'insister sur le fait qu'il faille "un vrai débat, non seulement sur le cumul des mandats mais aussi sur le cumul des responsabilités". Faîtes ce que je dis, pas ce que je fais...."

NO COMMENT !!!!!!!!

Anonyme a dit…

Tout à fait Madame GRENET,
SOURCES de :
http://www.observatoiredessubventions.com/2012/le-grand-gaspillage-des-sous-prefectures/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+ObservatoireDesSubventions+%28Observatoire+des+subventions%29

EXTRAITS:

"A l’heure où la réduction des dépenses publiques est un impératif absolu, mettons fin à cette aberration administrative que sont les sous-préfectures !"

"il existe encore une autre catégorie, souvent totalement inconnue du grand public : l’arrondissement départemental !"
La France en compte pourtant 342 ! Et ceux-ci n’ont strictement rien à voir avec les arrondissements des grandes agglomérations comme Marseille, Lyon ou Paris.

"La sous-préfecture est le chef-lieu d’un arrondissement départemental, quand il n’a pas de préfecture… Et leurs implantations, qui n’ont sensiblement pas évolué, sont régies par des lois d’un autre siècle : être accessible à moins d’une journée de cheval !"

"Cette situation est dénoncée par la Cour des comptes, qui souligne dans son dernier rapport que le département du Haut-Rhin (750 000 habitants) compte 5 sous-préfectures, « le même nombre que le département du Nord dont la population est de 2,5 millions »."

"La Cour des comptes relève ainsi dans son rapport des cas où plus de 1 000 m² de bureaux sont à la disposition de moins de 10 employés. Mais il y a pire ! Comme la nouvelle sous-préfecture de Saint-Denis, créée en 1993, principalement pour délivrer des certificats à une population étrangère estimée (par la Cour) à 158 000 personnes « en situation régulière ». Alors qu’une simple « antenne » de la préfecture de Bobigny aurait été suffisante, l’Etat a acheté en 2009 les anciens locaux du journal l’Humanité : 12 millions d’euros pour 7000 m² auxquels s’ajoutent 19 millions de travaux, qui devraient s’achever en 2014, 21 ans après la création de cette nouvelle sous-préfecture !"

CONTRIBUABLES CONTRIBUEZ !!!!